AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Malheureux au jeu ...

Aller en bas 
AuteurMessage
Edward Kinsale
Mortel
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 28
Lié à : Venise de Solignac
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Malheureux au jeu ...   Lun 17 Sep - 22:42

... Heureux en amour.

Il était vrai qu'Edward K. connaissait un certain succès auprès de la gent féminine. Physique avantageux, regard insondable, sourires teintés de malice, le damoiseau n'était pas non plus dépourvu de classe. L'homme parfait, ou presque à première vue. Ou pas. Si attirant en apparence, les donzelles étaient sans doute à des lieues de se douter l'infâme ordure qu'il était en réalité. Volage, sournois, insouciant, calculateur, lâche et manipulateur, la liste de ses défauts pourrait encore longuement se poursuivre. Elles tombaient dans le piège de la séduction, il les conduisait à lui d'une main experte, quelques phrases, regards et gestes laissant présager une attirance réciproque achevaient de boucler l'affaire. Le prédateur avait fait une nouvelle proie et son inéluctable fuite marquait son triomphe. 'J'ai gagné'. Ces seuls mots lui suffisaient amplement pour se justifier de ses actes, exempts de vanité puisqu'il avait vaincu. Un leitmotiv : l'emporter, se monter plus malin que les malheureuses et les berner en beauté sans qu'elles ne voient rien venir. Cruel ? Non, joueur. Ne considérant pas sa conduite comme condamnable, il n'estimait rien avoir à se reprocher et poursuivait son petit manège inlassablement. Et puis, il n'aimait pas ces filles, la facilité qu'il avait à les séduire attestait de leur faiblesse. Aucun intérêt, et c'était pour lui, la pire insulte qui soit. Heureux en amour oui, si l'on exceptait le fait qu'il ne soit pas épris de quelqu'un.
Et puis, il y avait eu un imprévu. Le destin avait mis une jeune fille sur son chemin, Kim, ainsi que Sakuya, jeune prostitué, heureux de sa condition. Edward qui ne s'était jamais attaché à personne s'était fait prendre à son propre jeu : Ils exerçaient sur lui une irrépressible fascination et les sentiments qu'il éprouvait à leur égard différaient totalement de l'indifférence chronique qui le caractérisait d'ordinaire. Et d'ailleurs, cela ne lui avait pas réussi. Oh bien sûr, il entretenait une relation étrange avec Sakuya, ce qui ne lui déplaisait pas, au contraire, et il aurait pu classer l'épisode dans la catégorie 'succès', mais il en avait été tout autrement avec Kim. Elle l'avait méprisé, giflé avec tant de haine ... Jamais il n'aurait imaginé pareille scène et pour cause, il désertait lâchement avant qu'elles ne se produisent. Dieu qu'il aurait aimé la haïr lui aussi, lui renvoyer sa hargne comme un miroir et demeurer indifférent à ses assauts. Mais il ne pouvait pas, elle le captivait.

A la suite d'un échec de cette ampleur, les hommes se divisaient en deux catégories : Ceux qui se relèvent et ceux qui abdiquent. La lâcheté de l'anglais l'empêchait d'accéder à la première mais son orgueil lui dictait de fuir la seconde. Il se situait donc entre deux eaux, incapable de se ranger d'un côté ou de l'autre. Il résolut de calmer temporairement ses ardeurs ludiques se rapportant de près ou de loin à la séduction. Le 'jeu' qu'il exerçait ne se pratiquait pas seul, non il lui fallait des proies, des joueurs, des pions, sinon il se trouvait dans l'incapacité de mener sa partie comme il l'entendait. Néanmoins, et Edward n'y avait jamais vraiment prêté attention, il existait une autre manière de jouer et elle présentait l'avantage d'être seul : se rendre au Casino. Assez curieusement, il n'y avait jamais mis les pieds, bien que le tapis de Poker et les machines à sous constituaient le jeu au sens propre du terme, lui ne s'était construit qu'une version dérivée du 'jeu' dont il avait établi sa propre définition et ses propres règles. Sa victoire ne dépendait donc aucunement du bon vouloir de la machine ou encore du hasard qui déterminait la couleur qui sortirait à la roulette. Il était 21h16 et Edward K. poussait les portes du Casino pour la première fois de sa courte existence. Un mal pour un autre. L'effervescence qui régnait en ces lieux différait totalement de la quiétude des nuits qu'il hantait et les cris tonitruants venaient ponctuer les joies ou déceptions des joueurs invétérés. Tintement des jetons, frottement des cartes contre le tapis, actionnement du levier des machines à sous, roulement de la bille sur la roulette. Autant de bruits nouveaux pour le jeune homme qui tentait actuellement de se familiariser avec cet univers totalement étranger. Il resta une heure, peut-être plus il ne savait pas, le jeu avait le don de lui faire perdre toute notion du temps, à contempler les attitudes des participants, à essayer de comprendre telle ou telle subtilité du divertissement à leur contact. Il dénombra deux catégories de personnes : les joueurs aisés et insatiables. Ceux là ne venaient pas au Select Casino pour accroître davantage leur richesse, déjà conséquente. Comme Edward, leur seul but consistait à se divertir, ni plus, ni moins. Non moins passionnés, les seconds, plus modestes visaient la fortune et l'espoir de devenir riches ne les quittait que lorsqu'ils raflaient le Jackpot. Estimant qu'il en savait assez, il cessa là ses observations. Vint le moment M. Il décida qu'il serait le prochain à miser.

Un nombre incalculable de 'disciplines' s'offraient à lui : les tapis de Poker, les machines à sous, la roulette, le Black Jack, Baccara ... Edward balayait les lieux du regard, un léger sourire aux lèvres, comme enivré et tout son être semblait s'imprégner de cette atmosphère si particulière. Ses yeux noirs se posèrent enfin sur la roulette. Il faudrait compter sur lui pour la mise suivante.


" Faites vos jeux ! "

Le croupier venait de donner le signal de départ. Edward sentit un sentiment d'euphorie parcourir son corps et il frissonna. Ses yeux étincelèrent et tentant de maîtriser les tremblements qui agitaient sa main, il déposa ses jetons sur le zéro avec une assurance toute particulière. N'hésite pas. S'ils découvrent que tu es novice, tu as déjà perdu. Donne-leur l'illusion que tu sais ce que tu fais. Il n'en avait aucune idée, sachant seulement que si le zéro sortait, il remportait 35 fois sa mise, autrement dit une somme colossale. Edward ne jouait pas pour l'argent. Ce dernier ne se posait pas comme un obstacle, le contraignant à fuir lorsque ses gains se seraient trop amenuisés. Il avait la main mise sur le compte Kinsale depuis ses 18 ans. Les autres participants le fixèrent. Il était le seul audacieux, le seul fou à avoir misé sur le zéro. Son voisin de droite lui murmura :

" Mal joué. Hier, il est sorti douze fois. Les chances pour qu'il tombe à nouveau ce soir sont moindres. Vous n'auriez pas du miser sur le zéro. "

Déployant des trésors d'aplomb qu'il ne soupçonnait même pas, l'anglais arbora un sourire malicieux, un de ceux qui signifiaient clairement 'Nul besoin de tes conseils, je sais ce que je fais.' renvoyant son regard à l'homme avant de reporter son attention sur le disque. Le croupier annonça 'Les jeux sont faits !' et fit tourner la bille sur la roulette. Suspendus à l'instrument, tous retenaient leur respiration et aucun n'osait bouger. Des gouttes de sueur perlaient sur le front des joueurs lorsque la bille s'arrêta. Le 16 rouge sortit et Edward perdit. Il lui sembla qu'un poids venait de s'affaisser au creux de son ventre et il se sentit atrocement pesant. Le voisin lui adressa un sourire moqueur et il l'ignora royalement. Sans pour autant se décourager, il recommença à miser. La fièvre du jeu le possédait totalement. Toujours sur le zéro. Si il ne sort pas cette fois-ci, il sortira la prochaine fois et ainsi de suite. Mais le zéro ne sortait pas et le nombre des jetons d'Edward diminuait dangereusement. De mémoire de joueur, on avait jamais vu quelqu'un d'aussi nul. L'anglais se disait que la chance qui ne l'avait encore jamais abandonné jusque là finirait sans doute par lui sourire, il en était persuadé. Mais il se trompait. Huit jetons dans les poches. Il lui parut judicieux d'arrêter ici le massacre pour l'instant. La tête haute, il s'éloigna du tapis de jeu, suscitant quelques rires et se dirigea à l'extérieur du Casino. Les lourdes portes tournèrent une nouvelle fois sur leurs gonds et il s'adossa au mur du bâtiment, faisant tourner les jetons restants entre ses doigts gantés. La prochaine fois sera assurément la bonne, Edward. La prochaine fois, le zéro apparaîtra. La prochaine fois, ils regretteront de s'être ri de toi. La prochaine fois. L'heure avancée et l'obsession du jeu ne lui permirent pas d'appréhender les bruits de pas qui se rapprochaient de lui ...

Malheureux au jeu, heureux en amour ?

_________________
[E]dward . K i n s a l e.
19.
I play, you obey.
H.edonist & P.ernicious.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakuya
Mortel
avatar

Nombre de messages : 284
Lié à : Natsumi Hinishi
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Malheureux au jeu ...   Mar 18 Sep - 21:00

Envie de sortir, de se balader, et de ne pas travailler. Enfin, si, mais pas comme d’habitude. Non, pour la première fois il avait décidé de mélanger ses deux vie. Le jour et la nuit se retrouvant l’espace d’une soirée. C’est donc un Saku habillé en femme, totalement, qui était sortit de chez lui. En sortant, il avait vu un chapeau au de forme, noir, posé sur le porte manteau. Il avait sourit en se rappelant ce que se chapeau faisait ici. Son regard c’était alors instinctivement porté sur le canapé, lui contre le mur, et enfin vers la table. Il s’en était passé des choses ici. Un jeu, au début un simple jeu, et quel jeu ! Le jeu le plus excitant, dans tout les sens possible et imaginable du terme. Et cette inconnue ? Qui était elle au juste ? Elle avait eu un rôle très important dans le jeu. Elle était la seule personne que Saku n’avait pas réussi à maîtriser totalement. Il ne connaissait d’elle que se qu’elle lui avait dit, et ce qu’il avait vu et pu déduire, c'est-à-dire son nom, son physique, et une partit de sa personnalité. Au bien sûr, avec Ed c’était pareil, mais c’était pourtant très différent. Lui, il l’avait déjà vu avant, il le connaissait un peu, mais elle . . . Pourquoi était elle aussi mince ? Pourquoi était elle inconsciente lorsqu’il avait frappé à sa porte ? Que c’était il passait avant l’épisode de son appartement. Autant de questions qui empêchaient le prostitué de compléter son film. Dommage.

Il était donc sortit ainsi, en femme, regardant d’un œil amusé les gens qui le saluer avec des madame etc. . . . Il n’avait revu ni l’un ni l’autre. Si ce n’était pas malheureux. Il voulait en revoir un, pour recommencer à jouer, encore. C’était vraiment marrant. De flirter ainsi avec la défaite, sans l’atteindre, se relevant toujours, et gagnant finalement sur un score à égalité. Et il fallait dire que l’anglait était terriblement attirant. Pour Sakuya, aussi bien physiquement que mentalement. Quelqu’un qui pouvait rivaliser avec lui aussi longtemps sans entrer dans une dépression nerveuse tenait du quasi miracle, et était absolument magnifique.

Il traînait dans les rues, saluant les gens avec son pus beau sourire, de sa démarche féminine, de sa grâce féminine, bref, de lui au féminin quoi. Il connaissait les rues par cœur, et pourtant, ses pas le menèrent vers le Casino endroit où il était déjà allé bien sur, en temps que ‘hôte’ diront nous. Tout en marchant, il était en train de réfléchir où il pourrait bien trouver ses deux ‘adversaire’ préférés. Sûrement pas au casino en tout cas. Et pourtant. . .

Il se figea. Cette attitude, cette posture, ce physique. Il le connaissait parfaitement pour avoir promené ses doigts dessus, ce corps était celui de l’homme au chapeau. De son anglais. Son ? Oui, son ! Il s’approcha de lui. Jamais il n’aurait pensé le trouver ici, au casino, car le gentlemen avait en horreur la défaite, et perdre dans ses lieux était une chose très très fréquente. Il se posa juste à coté de lui, la main appuyée contre le mur, parlant d’une voix plus claire que d’habitude.


" Je n’espérais pas vous trouver ici "

Dit il simplement. Il attaquait déjà, enfin, il se cachait habilement. Le simple mot, espérait, pouvait créer un doute, un immense doute, et pourtant, c’était une phrase tellement banale.

Alors, heureux en amour ?

_________________
Beaucoup de gens veulent vivre longtemps, peu pense à vivre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Malheureux au jeu ...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un krala bien malheureux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
° Les Gardiens ° :: ° Les Gardiens : Le Jeu ° :: Keio Plazza :: Select Casino-
Sauter vers: