AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Mon coeur est un violon...

Aller en bas 
AuteurMessage
Morgan Amadeo di Carnimeo
Gardien
avatar

Nombre de messages : 25
Lié à : Okami Jigoku
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Mon coeur est un violon...   Jeu 19 Avr - 1:47

Une brise file doucement entre les feuilles des arbres, causant un léger bruissement. Morgan soupira d'aise, sentant cette même brise caresser ses ailes bicolores. Le gardien marchais dans la forêt depuis une trentaine de minutes déjà, cherchant un endroit paisible, un havre de paix pour méditer seul face à lui même. Pour aller plus vite et avoir une vue d'ensemble, il s'éleva dans les airs et trouva finalement son endroit. C'était une petite clairière fleurie. Elle pouvait paraître banale à première vue, mais lui trouvait qu'elle avait quelque chose de spéciale qui lui rappelait sa vie mortelle. Morgan s'assis sur une grosse pierre et, après avoir jeté un coup d'oeil autour de lui, sortit son précieux fardeau. C'était un vieux violon tout de même en bon état. Certe, il était usé, mais il avait encore un son fabuleux. Une seconde brise souffla, apportant avec elle un doux parfum de fleurs. Ses cheveux blonds véniciens volèrent sur son visage en mèches désordonnées et le gardien s'empressa de les chasser avec un petit grognement d'agacement.

"Je suis comme toi." Murmura-t-il en caressant légèrement le violon du bout des doigts. "Je suis vieux, usé et j'ai toujours l'impression que mes cordes vont briser, une à une dans une douleur affreuse..."

Amadeo prit ensuite l'archet, serra le crin et plaça l'instrument sous son menton. Alors, l'archet s'abattit sur les cordes, ses doigts se mirent à courir sur le manche et une mélancolique mélodie s'éleva. Une de ses pièces qui vous fendent le coeur, comme si l'intrument à corde sanglotait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annah Kaäs
Mortel
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 29
Lié à : [- ? -] Luludja [- ? -]
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Lun 11 Juin - 16:18

Une nuit comme les autres, à laquelle succède une journée comme les autres, et cette jeune femme presque comme les autres avançait d’un pas tranquille. Une racine la fit un peu trébucher, puis elle reprit. Les médecins, aujourd’hui, s’étaient montrés particulièrement sceptiques. Elle avait eu du mal à se contenir, face à leurs regards contrits, fermés. Alors il n’y avait pas eu la moindre amélioration ? Non, objectivement, elle devait bien l’avouer, elle non plus n’en avait pas senti le moindre, et pourtant, il n’en demeurait pas moins qu’elle conservait un tant soit peu d’espoir. Du moins elle aimait à le croire. Sinon, que pourrait-elle faire d’autre que se jeter dans le port ? Comment se lèverait-elle ? Elle n’irait ni au studio, ni servir dans le moindre bar. Elle ne sourirait plus, même d’un sourire factice. Elle ne parviendrait plus à rire, même d’un rire factice. Elle ne regarderait plus ses congénères, ne parlerait plus. A quoi bon vivre une vie de souffrance, s’il n’est aucun espoir de survie ? L’instinct de conservation avait ses limites. Mais le fait était là. Ils ne trouvaient toujours pas. Elle avait fait un saut au studio, enfilé quelques tenues et posé quelque peu. Jamais séance n’avait été aussi… longue. Et pour couronner le tout, aucun des troquet où elle servait à l’accoutumée, de façon intermittente, n’avait ce soir besoin de ses bras.
Autrement dit, elle était livrée toute entière à sa psychose…

Une nouvelle racine manqua de la faire tomber, celle-là. Elle fronça les sourcils et se rattrapa à une branche. Que faisait-elle là au juste ? Elle n’avait pas voulu rentrer chez elle. Elle ne voulait voir personne. Elle ne voulait essuyer aucune des réflexions qui auraient pu monter des berges du port. Elle n’était alors ni « poupée » ni même « ma jolie »… Non, elle n’était qu’une souris qui fuyait les regards et la présence des hommes… et qui cherchait quel lieu pourrait bien lui rendre un peu d’espoir. Pourquoi la forêt ? Elle n’avait pas du tout l’âme d’une naturaliste. Bien au contraire, elle était plus urbaine même qu’une ruelle. Mais justement. Cette ville, c’était elle : elle lui apparaissait d’un langoureux gris, éthéré, éphémère. Cette ville était celle d’Ephie. Annah… Annah voulait se perdre. Elle voulait quitter son corps de pierre et de bitume l’espace de quelques heures. Combien de temps resterait-elle là ? Aucune importance, le temps qu’il faudrait. De toutes manières, elle n’avait aucun appétit, et elle se sentait par trop mal pour ne serait-ce que dormir.

Elle avançait sans un mot, sa respiration encore un peu sifflante, et les poumons en feu, jusqu’à s’arrêter et retenir son souffle. Elle tendit l’oreille et plissa ses grands yeux gris. De la musique. ici ? s’étonna-t-elle intérieurement. Un violoniste… qui peut bien jouer du violon dans un tel endroit ? Elle ferma les yeux, toujours silencieuse, comme si même son souffle malade ne voulait pas troubler la mélodie, et écouta plus avant les lamentations des cordes. Finalement, s’aidant de ses mains diaphanes pour ne plus trébucher, elle approcha de la source du son, jusqu’à une clairière. La personne qui, sans doute, devait jouer, se trouvait dos à elle et… Des ailes… En effet, les deux gigantesques ailes masquaient la majeure partie de la physionomie de ce qui sans nul doute devait être un gardien. A croire que je rencontre plus de gardien que d’êtres humains, ces temps-ci. Elle pencha la tête de côté, offerte à la fois à la musique et au détail de ces ailes. Elles n’avaient pas le gris presque terne de ceux qui avaient été ses gardiens. L’ancien, disparu, comme l’actuel. Non… tant l’aile de neige que celle d’onyx, elles étaient d’un éclat envoûtant. Essuyant ses mains sur son long manteau noir, le bas de ses jambes un peu écorché par les buissons, et arrangeant un minimum ses cheveux d’argent, elle s’avança un peu, avant de s’arrêter subitement. La musique l’avait portée là, mais après tout ce qu’elle supposait être un homme n’apprécierait peut-être pas la compagnie… D’autant plus qu’elle ne savait absolument pas à qui elle avait affaire. Elle ne pu réprimer une infime quinte de toux, qu’elle étouffa tant bien que mal. Bon sang… ma toux ne respecte même pas la musique… Elle leva les yeux au ciel, excédée, puis les reporta sur le musicien. Elle fit quelques pas en arrière, et appuya l’une de ses épaules au tronc d’un arbre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yukiran.skyblog.com
Morgan Amadeo di Carnimeo
Gardien
avatar

Nombre de messages : 25
Lié à : Okami Jigoku
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Mer 13 Juin - 5:44

Les notes défilaient sans se lasser, continuant leur course folle vers une mort prochaine. Morgan, dans une transe, n'entendit pas les pas derrière lui, mais il perçu pourtant le faible toussotement.

*Eh bien, il semble que je ne suis plus seul.*

La mélodie continua et s'acheva finalement dans un dernier sanglot à fendre le coeur. Déposant doucement l'instrument sur ses genoux, le gardien secoua doucement ses ailes bicolores et tourna curieusement son beau visage vers le bruit. À cet endroit se tenait une jeune fille assez frêle, elle semblait même malade. D'une mouvement de tête à la fois amusé et curieux, il lui fit signe d'approcher si elle le désirait. Un peu de compagnie ne lui ferait pas de mal. Q'avait-il à craindre après tout? Morgan replia alors ses ailes, gracieusement. La mort lui avait tout enlevé, mais elle lui avait donné ses grandes ailes, comme pour se faire pardonner, car il faut dire qu'elles lui allait comme un gant, accentuant son côté mystérieux et sauvage. L'étrangère s'approcha prudemment.

"Pourquoi es-tu si hésitante?"

(Désolé pour le poste court, je suis pressée...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annah Kaäs
Mortel
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 29
Lié à : [- ? -] Luludja [- ? -]
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Jeu 14 Juin - 11:45

[y'a pas de soucis, t'en fais pas ^^]

Lorsqu'il se tourna vers elle, elle se redressa un peu, restant appuyée d'une main à l'arbre qui la tenait debout. Son regard était un peu vague, mais elle voyait distinctement le visage d'un beau jeune homme, d'une beauté un peu fauve. Ses rencontres du moment n'étaient décidément que des gardiens, et que des hommes. Peut-être sont-ils tous des hommes, après tout... songea-t-elle. Elle secoua un peu la tête et resta en place, sans oser approcher. Finalement, alors qu'il lui fit signe, elle déglutit, puis fis quelques pas en sa direction. Elle les maîtrisait tant bien que mal, ne les laissant pas traîner et faisant en sorte d'éviter de tituber. Tout en marchant, elle arrêta son regard à l'instrument qui avait cessé de se lamenter. Dommage, ce son l'avait un peu apaisée... Et puis, à présent qu'il avait cessé de jouer, le jeune homme l'observait, et ça, elle s'en serait bien passée. Elle avait l'impression, dans son regard, qu'il percevait à la fois sa gène et son malaise. Tous les gardiens étaient-ils de cette perspicacité, ou s'amusaient-ils simplement à la "changer" des personnes qu'elle cotoyait chaque nuit? Ces personnes qui, sous les lumières artificielles, sous les néons et dans la fumée des bars ne voyaient pas sa pâleur, ni sa maigreur, d'ailleurs. Ils la voyaient dans sa grâce et sa légèreté. Mieux encore, ils croyaient aveuglément à ses sourires.

Elle fronça les sourcils et cilla lorsqu'il s'adressa à elle. Du coup, elle s'arrêta, retenant une nouvelle quinte de toux.
"Non, c'est simplement que je ne voulais pas vous déranger. C'était vraiment très beau"

Elle esquissa un sourire d'excuse et acheva de traverser les derniers pas qui les séparaient l'un de l'autre. Au centre de la clairière, après avoir caressé de son doux regard gris l'archer et l'instrument, elle tourna un peu sur elle-même pour regarder les lieux, avant de reporter son attention sur le gardien. Sur ses grandes ailes bi colores. Oui, décidément, elles étaient magnifiques, ces ailes. Elle était esthète, et souvent son "beau" était "l'étrange" des autres. Mais cette fois c'était simplement objectif, une question de teintes et d'harmonie. Il avait été aidé par sa mélodie, sans nul doute, pour acquérir un tel regard d'Annah.

Elle laissa un soupir las lui échapper et sans un mot alla se caler sur un rocher, en face, et se concentra pour réguler du mieux possible sa respiration, tentant de ne rien laisser paraître de son état.


"C'est très calme, ici... sourit-elle. Je n'imaginais pas y faire une rencontre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yukiran.skyblog.com
Morgan Amadeo di Carnimeo
Gardien
avatar

Nombre de messages : 25
Lié à : Okami Jigoku
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Mer 27 Juin - 7:01

Elle semblait hésitante, la pauvre. Décidément, la jeune fille n'était pas dans son assiette. Curieux, le gardien inclina légèrement la tête sur le côté en la regardant s'approcher. Habituellement, Morgan aurait été agacé qu'on vienne le déranger lors d'un de ses rares moment de solitude, mais aujourd'hui, il semblait transformé par l'ambiance féérique de la clairière. Mais qui pouvait bien être cette fille? Comment connaissait-elle les gardiens? En avait-elle eu un? Pourquoi semblait-elle si mal en point? À force de se poser des questions, le gardien en vint presque jusqu'à oublier qu'il fixait la jeune fille d'un regard un peu trop insistant. Aïe... Désolé.

"Oh, il n'y a pas de mal, je vous assure. Ce lieu est bien trop agréable pour une seule personne."

Sa voix grave et velouté raisonna faiblement. Un peu géné d'avoir parlé si fort, Morgan baissa un peu le ton et caressa affectueusement son violon du bout des doigts.

"Merci..."

Le gardien remarqua alors le regard que la jeune femme portait à ses ailes et un doux sourire se dessina sur ses lèvres.

"Vous pouvez les toucher si vous voulez."

Ensuite, elle alla s'asseoir sur la pierre voisine.

*Mais... On dirait presque qu'elle a la tuberculose, c'est étrange.*

"N'est-ce pas? C'est comme... comme un bout de paradis! En fait, moi non plus je ne m'attendais pas vraiment à faire une rencontre. Non, je vous assure que vous ne me dérangez pas! Vous êtes venu, et voilà! Je ne crois pas au hasard."

Un léger silence s'abattit sur la clairière. Afin de le briser, Morgan remit le violon sous son menton, prit l'archet et tira une longue plainte de l'instrument, comme pour s'échauffer. Puis, le gardien fit naître une mélodie des cordes, ses doigts glissant et pianotant sur le manche comme par leur propre volonté. Sa voix s'éleva doucement alors qu'il chantonna faiblement.

"You taught my heart
A sense I never knew I had
I can't forget
The times that I was lost and depressed from the awful truth
How do you do it?
You're my heroine"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annah Kaäs
Mortel
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 29
Lié à : [- ? -] Luludja [- ? -]
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Mer 27 Juin - 15:03

Le regard insistant qu'il posa sur elle la mit un peu mal à l'aise. Elle n'en dit cependant rien, et se contenta de marcher en évitant son regard, et ce jusqu'à ce qu'il lui réponde. Là, elle fut bien obligée de soutenir son regard, et le fit d'ailleurs tant bien que mal. Son doux regard gris balaya le visage du gardien. Un lieu trop agréable pour une seule personne? Cela était-il vraiment possible? Annah était habituée à la beauté des lieux, et pourtant, c'était toujours seule qu'elle la savourait. Sans doute parce qu'elle se sentait alors vulnérable, et qu'elle n'aimait pas, exactement comme en ce moment même, être vulnérable en compagnie de créatures à sang chaud. Les Gardiens avaient-ils seulement du sang? Elle secoua la tête, quelle insipide question.

"Je vois ce que vous voulez dire. Pour ma part, je suis trop accoutumée à la solitude pour une telle idée..."
Elle haussa alors les épaules, songeant qu'il pouvait mal interprêter ses mots. "... je suis néanmoins contente de pallier à mes habitudes"

Les yeux clos, elle regarda alors les grandes ailes du gardien. Les toucher? Elle n'oserait pas. Pourtant elles avaient l'air d'un soyeux tout particulier. Elle l'approcha tout de même et se tint à côté de lui un instant.
"Je crains qu'un tel geste ne soit déplacé..." Elle l'interrogea du regard, puis, calme, se contenta d'effleurer du bout des doigts les plumes du Gardien. Elle l'avait bien supposé... Elles étaient très douces. Rares étaient les fois où l'on touchait les ailes frémissantes d'une créature vivante. Elle pensait alors plus à un oiseau qu'à un gardien, mais la sensation restait la même. Quelque part, lorsqu'elle disparaîtra... Elle espérait grandement en avoir de telles. Après tout, à ce rythme là elle avait tout au plus deux ou trois années à vivre... Elle ne voulait pas mourir, non, même s'il ne lui restait que peu de temps, ce temps, elle le passerait à combattre sans relâche.

Mais elle ne pouvait tout à fait occulter cette idée non plus... Gardien, c'était une nouvelle vie. Gardien... Elle n'aurait plus cette douleur constante. Elle s'y était habituée, et à présent elle ne souffrait consciemment que lorsqu'elle faisait des crises. Mais si prenante soit l'habitude, elle n'empêchait pas le fait que la jeune femme aille jusqu'à oublier ce qu'est l'absence totale de souffrances.
"Vos ailes sont d'une très grande douceur"...

Il ne croyait pas au hasard.
Le hasard...

Assise en face de lui, elle l'écoutait parler d'un air un peu absent. Que dire du hasard? Elle aurait préféré y croire, elle. A vrai dire, elle ne devait pas son état au hasard, puisque sa propre mère était décédée de cette même maladie orpheline. Alors non pas de hasard, plutôt une causalité implaccable.
Elle haussa les épaules.
"Je ne peux pas y croire non plus, à vrai dire" Elle lui sourit, en fait, maintenant qu'elle était assise, en présence d'un être apaisant, elle parvenait mieux à contrôler sa cage thoracique. Juste avant qu'il ne saisisse l'archer et le violon, elle ajouta, d'une voix un peu plus tenue, bien que toujours très basse : "Annah"

C'est avec ravissement qu'elle le vit se remettre en place. Il avait joué dos à elle, l'instant d'avant, mais là, alors qu'elle le voyait, dans l'apparât du violoniste, c'était tout à fait différent. Les musiciens avaient un charme très particulier. Cahque instrument produisait sur Annah son effet. Mais le violon avait quelque chose de baroque et de doux que n'avaient pas les autres... Peut-être la flute traversière à la limite. Et puis, le geste en lui même était tout à fait appréciable. Alors qu'il jouait, dès l'amorce de sa mélodie, elle se pencha un peu en avant, ses coudes appuyés sur ses genoux et le visage au creux de ses mains. Alors qu'elle écoutait, elle revêtait une sorte de masque plus doux, beaucoup moins tendu par les douleurs. Elle était bien.

Tout simplement bien. Sa voix aussi, bien que comme pour beaucoup de musicien elle était moins appliquée que la mélodie jouée, mais elle n'enlevait rien au charme du tout, et Annah se contenta de l'écouter, ne comprenait que vaguement l'anglais.... Elle saisit le sens général des paroles, et laissa un soupir doux et silencieux lui échapper.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yukiran.skyblog.com
Morgan Amadeo di Carnimeo
Gardien
avatar

Nombre de messages : 25
Lié à : Okami Jigoku
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Sam 7 Juil - 2:20

"Je comprend. À vrai dire, presque tout est plus plaisant à deux, mais dans mon cas, c'est plus compliqué. Je me suis souvent demandé pourquoi Il nous choisit comme gardien. Après tout, avons tous souffert, haïs. Et c'est nous qu'il choisit pour sauver les autres."

Morgan soupira et regarda au loin pour se changer les idées. Encore cette vieille question qui revenait le hanter. La jeune fille sembla mal à l'aise à l'idée de toucher ses ailes, mais avec le temps, le gardien avait remarqué l'attirance que les mortels avaient pour ses ailes et savait très bien que ça les démangeait. Morgan baissa ses yeux vairons sur Annah et l'observa pensivement.

"Oh, merci. Dite-moi, pourquoi me voyez-vous? De plus, vous ne semblez pas surprise, donc vous devez déjà avoir eu un gardien. À votre teint, je dirais que vous êtes souffante, mais je ne veux rien avancer."

Le beau jeune homme sourit doucement.


"C'est bien ce que je dis! Même si le destin est cruel, nous restons maître de nos vies et de nos choix!"

Cette déclaration s'ensuivit d'une grand rire ensoleillé.

"Morgan pour vous servir, damoiselle."

Il prit ensuite son archet et se remit à jouer jusqu'à se que la chanson se termine avec une touche d'espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Annah Kaäs
Mortel
avatar

Nombre de messages : 217
Age : 29
Lié à : [- ? -] Luludja [- ? -]
Date d'inscription : 26/02/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Sam 7 Juil - 13:01

Annah l’écoutait attentivement, comme elle savait si bien le faire. Elle avait ce charme de l’écoute, en cet instant précis. Ce visage à la fois doux et posé qui buvait avidement chaque information que lui offrait la voix du Gardien. Elle était fascinée par sa façon de parler et par le magnétisme de la créature ailée. Ils étaient tous deux créatures, mais le Gardien était éminemment plus habilement conçu. Elle n’avait de bien conçu que la forme, le fond se désagrégeant petit à petit. Alors les Gardiens étaient des êtres qui de leur vivant avaient souffert ? Ca, elle l’ignorait totalement. Jefferson ne le lui avait jamais dit. Non il ne l’avait même pas évoqué en réalité, trop porté sur elle pour s’intéresser à sa propre existence. Pour ressasser un passé auquel il avait dit adieu. Il ne portait pourtant pas les stigmates de la souffrance. A la limite, Luludja les portait un peu, mais pas Jefferson. Et celui-ci ne les portait pas non plus. Il avait l’air de loin plus solide et affirmé qu’elle ne l’était. Elle fronça les sourcils et cilla, regardant ailleurs. Si c’était en souffrant de son vivant qu’on avait une chance de devenir Gardien… Alors le serait-elle ? Pour la souffrance, elle était servie, étant donné qu’il ne se passait plus un instant sans qu’elle ne souffre à chaque expiration. Bien entendu, la douleur avait des phases plus violentes que d’autres, mais elle finissait par se satisfaire d’une souffrance plus ténue, comme s’il s’agissait là de ses instants de repos. Oui, elle avait bien le profil pour un jour posséder de grandes ailes soyeuses telles que celles de cette créature.
Mais accepter une telle idée signifier baisser les bras. Cela voulait dire qu’elle abandonnait la partie et se laisserait aller à sa fin. Or c’était hors de question pour le moment. Tant qu’on ne lui dirait pas textuellement qu’elle mourrait sous peu, Annah décidait de vivre et de combattre. Ridicule petite combattante famélique, elle ne savait plus depuis longtemps d’où elle puisait ses forces, mais le fait était là, elle les trouvait.
Elle ne saurait rien répondre à cela. Elle se contenta de froncer les sourcils et pencha la tête de côté, songeuse. Que répondre à cet être qui avait souffert… ? Il prit le devant et répondit à ses autres propos. Ca l’arrangeait bien quelque part, puisqu’ainsi elle passait à côté d’une question épineuse… Pour répondre au Gardien, elle aurait eu besoin de savoir où elle se situait par rapport à eux.


« Je suis effectivement une Mortelle » dit-elle d’une voix basse, son regard gris plongé dans celui, vairon de l’oiseau au visage humain. « Mais je ne l’ai découvert que récemment… Mon premier Gardien s’est volatilisé et le second, je l’ai tout juste croisé… » Elle eut un rire acerbe, bas, et regarda ses mains légèrement osseuse, sur ses genoux. « A croire que mon cas est désespéré »
Les yeux clos, elle esquissa un sourire. Mais si Dieu n’y croyait plus, elle, elle continuerait d’y croire, coûte que coûte. Elle releva les yeux, un peu brillants. Alors cela se voyait tant que ça ? Sans doute la lumière lunaire qui figurait un excellent révélateur de ses faiblesses… Sous les néons du centre ville, tous les visages semblaient fatigués, vacillants. La pureté de cette lumière là ne savait plus le cacher. Elle déglutit. Elle avait envie d’en parler un peu. D’autant plus qu’elle venait de l’hôpital. « Effectivement je suis « souffrante ». Une maladie inconnue… congénitale sans doute… » Elle posa une main sur son cœur et sourit avec le ton du médecin « … Une sorte de pneumonie inconnue. On ignore tout, mais ça se répand dans mes voies respiratoires sans que l’on ne parvienne à faire quoi que ce soit »
Elle n’en avait jamais parlé… Pourquoi là ? Parce qu’il avait déjà deviné le principal. Le reste n’était que symptômes et éléments techniques sans grand intérêt… Cela dit, les dire à haute voix à quelqu’un était tout à fait inédit… Et elle fut surprise du calme dans lequel ça la plongea. Comme si parler de cela était un exutoire, capable d’en atténuer l’importance. On parlait ainsi d’autrui… Et là elle conservait la même impression. Mais non c’était d’elle qu’elle parlait. Et comme pour ne pas le réaliser vraiment, elle détourna son regard du violoniste pour ne le lui rendre que lorsqu’il se présenta. Morgan. Elle aimait beaucoup ce nom, sans savoir pourquoi. Elle ne lui répondit pas, pour le laisser jouer.
Alors que l’archer dansait sur les cordes de son violon, elle ferma les yeux et l’écouta… Jusqu’à ce qu’il acheva sa mélodie sur la légèreté de l’espoir. C’était de son cœur qu’il avait parlé dans ses notes. Enfin, il ne le savait pas, mais toute cette langueur, cette plainte puis cet espoir qui subsiste après tout. C’était ainsi que fonctionnait Annah. En conclusion, elle laissa un soupir léger lui échapper. Simplement calme. « C’était vraiment très beau » sourit-elle avant de se redresser un peu.
Elle avait envie de lui demander quelque chose…


« Dites-moi… Avez-vous eu beaucoup de Mortel, au cours de votre existence ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://yukiran.skyblog.com
Morgan Amadeo di Carnimeo
Gardien
avatar

Nombre de messages : 25
Lié à : Okami Jigoku
Date d'inscription : 05/03/2007

MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   Mar 7 Aoû - 4:38

Morgan observa attentivement le visage d'Annah, curieux. Il semblait se passer, dans sa tête, un combat qu'elle menait depuis longtemps contre elle-même et les autres. Il paraissait aussi y avoir des questions sans réponses, une envie d'en savoir plus.

"En fait, pour être gardien il faut avoir connu une mort d'une grande violence ou une mort injuste." Le gardien baissa un peu le ton, le regard perdu dans le vague.
"Pour ma part, j'ai connu les deux..."

Morgan avec lui aussi ses démons personnels. Des démons du passé, des souvenirs obscures et douloureux qui l'empêchaient d'être lui-même, d'agir comme il le voudrait. Quelques fois, il se disait que c'était lui qui aurait eu besoin d'un gardien. Le jeune homme se fit pourtant violence pour chasser ces pensées lugubres. Pour une fois que ces souvenirs ne le torturaient pas, Morgan désirait profiter au maximum de cette opportunité avant qu'ils ne reviennent le hanter et faire de lui un être colérique et plein de rancune. De plus, il désirait vraiment se montrer sous un beau jour à Annah.

En l'écoutant parler avec une telle tristesse, une telle acerbité, Morgan eu un élan du coeur et, d'un mouvement d'air, il se retrouva à côté d'elle sur la roche, passant affectueusement une aile par dessus son épaule.


"Il ne faut jamais perdre espoir et je suis sûre que Dieu essaie toujours de t'aider. Il faut toutefois comprendre que c'est dûre qu'être un gardien. Une vie repose sur nos épaules, nous devons bien agir sous peine de se retrouver en enfer... Mais il ne faut pas trop leur en vouloir. Après tout, nous ne sommes pas divins, nous ne sommes que des humains..."

Morgan pencha doucement son visage vers celui d'Annah, un air de compassion sur les traits et chassa une mèche qui barrait le visage de la jeune femme.

"Une si jolie rose..." Murmura-t-il, une pointe d'accent italien dans ses paroles. Cet accent ne ressortait que rarement dans des moments d'émotions fortes ou de rages(dans ce cas particulier, il se mettait à vociférer en italien...).

"La vie est bien cruelle pour infliger de telles souffrances à une aussi belle créature."

Il sourit doucement pour la rassurer et changea brusquement de sujet, comme s'il essayait de ne pas trop s'attacher.

"Si j'ai eu beaucoup de mortels? Ah, ça oui! Ça ne paraît peut-être pas, mais j'ai un peu plus de 500 ans dans le corps!..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mon coeur est un violon...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mon coeur est un violon...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [LEGO] Coup de coeur"metal sonic"
» [Lego] Coup de Coeur: BlueStarMedia
» [LEGO] Coup de coeur : LEGO Zelda
» [Guilde Alliée] "Coeur Vaillant"
» Nabaztag au coeur d'un jeu urbain multimédia !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
° Les Gardiens ° :: ° Les Gardiens : Le Jeu ° :: Forêt de Rockwood-
Sauter vers: