AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Maison de Sakuya Vol.2.

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Kim Swan
Mortel
avatar

Nombre de messages : 252
Lié à : Eve-Eve et Eve-Yajuu
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Sam 19 Mai - 15:43

Il ne fallut pas attendre longtemps pour que Sakuya ouvre sa porte, à croire qu’il n’attendait que ça, mais non bien sûr. Kim posa ses yeux fatigués sur lui et eut même un minuscule sourire en voyant celui qu’il arborait aux lèvres. Toujours fidèle à lui-même visiblement.

La jeune fille était étrangement calme, comme n’accordant plus d’importance à tout ce qui s’était passé. Elle avait tiré un trait définitif sur toute tentative de compréhension. Après tout, ces deux là semblaient beaucoup s’amuser lorsqu’ils étaient ensemble, ils allaient sans doute l’oublier dès qu’elle aurait tourné les talons, alors autant qu’elle fasse de même. Elle lut la question posée sur les lèvres du jeune, et y répondit d’une voix douce :


- Oh je ne veux rien de vous, ne vous en faites pas, je viens juste prévenir de mon départ.


Elle s’arrêta quelques secondes, et puis elle finit par dire la suite de sa phrase, parce qu’elle le pensait réellemet, et puis vraiment, elle n’en était pas très fière, de son comportement. De s’être emportée. Elle aurait dû conserver l’attitude détachée qu’elle arborait en temps normal, et ne pas prendre trop à cœur les élucubrations de cet anglais drogué… Elle baissa les yeux, toujours très polie.

- Je suis désolée pour la pagaille que j’ai mise, j’espère que vous saurez me pardonnez… Et puis je ne vois pas en quoi je pourrais vous en vouloir.

Elle jeta un regard derrière elle, suivant les yeux de Sakuya. Ah. L’autre n’était maintenant plus qu’une loque… Bah, si il croyait sans sortir comme ça, tant mieux pour lui. Elle le regarda s’allonger sur le canapé, pas méprisante, mais un peu peinée. Et c’était ce machin qui l’avait mit hors d’elle ? Il fallait vraiment qu’elle garde son empire sur elle-même à l’avenir…
Elle se retourna à nouveau vers son hôte :


- Je vais vous laisser maintenant. Et je crois qu’il faudrait s’occuper un peu de lui, sans doute qu’il en aura besoin. Je sais que je devrais rester pour vous aider, mais je ne pense pas que ma vue le remette sur pied. Encore désolée.

Elle s’inclina en avant, les yeux fermés et le sourire aux lèvres, se redressa et tourna les talons. Heureusement que l’anglais avait déserté la porte, elle n’aurait pas à se battre pour sortir. Kim hésitait tout de même un peu à partir de cette façon, mais elle pensait vraiment qu’il était dans l’intérêt de tous qu’elle s’en aille. Et surtout dans son intérêt à elle. Elle ouvrit la porte, franchit le seuil, et fit un petit geste de la main en direction de Sakuya, histoire de lui dire « bye bye ». La jeune brune referma ensuite la porte sur elle, et s’appuya quelque secondes dessus, prenant une grande inspiration. Bon… Elle était sortie sans s’énerver, maintenant, retrouver son chemin…

C’est qu’elle ne savait absolument pas où elle se trouvait, mais sans doute qu’en marchant un peu elle finirait par retrouver un endroit connu… Non ?
En tout cas, elle n’allait sûrement pas retourner demander son chemin à l’intérieur, tout mais pas ça. La jeune fille fit prit une direction au hasard, et se mit à avancer d’un pas peu sûr. Elle ne se sentait toujours pas très bien à vrai dire… L’idée l’effleura un moment qu’elle avait quelqu’un, quelque part, qui était chargé de prendre soin d’elle, mais elle ne se souvenait plus…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mortalis.frbb.net/portal.htm
Sakuya
Mortel
avatar

Nombre de messages : 284
Lié à : Natsumi Hinishi
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Jeu 24 Mai - 19:59

Il remarqua le petit sourire de la jeune fille. A croire que tout le monde voulait sourire ici. Ou peut être répondait elle simplement à son sourire à lui. Sourire qui ne le quittait rarement lorsqu’il y avait du monde avec lui. Elle lui parla d’une voix calme. Etrange venant d’une personne qu’on a entendus hurler juste un peu avant. Elle partait ? Mais pourquoi ? Sa compagnie était elle désagréable ?

" Vous partez déjà ? Mais vous n’avez rien mangé. Vous vous sentez capable de traverser la ville ? "

Et avant qu’il ais pus dire autre chose elle continua à parler. Lui en vouloir ? Ben, il ne savait pas trop, peut être juste comme ça. L’anglais lui en voulait bien pour s’être occupé d’elle. Il lui répondit avec son éternelle sourire

" Ne vous en faites pas pour moi. Je mettrai rapidement de l’ordre et changerai le cadre plus tard. "

Il prit un ton un tout petit peu plus charmeur.

" Et. . . vous êtes déjà toute pardonné. "

Ben quoi ? On ne le refaisait pas non plus. Il entendit un ‘pouf’ caractéristique de quelqu’un qui vient de s’affaler sur un truc mou, ici un canapé donc. Il ne regarda pas tout de suite, il concentra son attention sur la jeune fille qui voulait partir. S’occuper de lui. Il devait donc être dans l’état dans lequel Saku imaginé. Complètement shouté à la cam. Il s’occuperait de lui plus tard, il devait avoir autant l’habitude que Saku et n’avait pas besoin d’aide. Pas pour l’instant en tout cas. Il allait le laisser planer un moment. Au moins, il n’y aura plus de casse chez lui.

Elle partit, après un bref signe de la main. Elle ferma la porte. Saku se dirigea alors vers son amant. Effectivement, il était affalé sur le lit, le bras par-dessus la tête, les yeux probablement fermés. Il devait être ailleurs maintenant. Saku s’approcha doucement de lui et lui murmura à l’oreille après avoir déposé un rapide baiser sur ses lèvres non dissimulé. Sa voix était douce, sans aucune trace d’ironie et de méchanceté.


" Fait attention à toi. Ne pars pas trop loin et reviens vite. "

Il savait ce que la drogue faisait Et il se doutait du pourquoi il avait fait ça S’échapper était tellement simple comme ça. Décidément, cette soirée était bizarre. Elle avait commencé normalement, en simple jeu sexuel. Ensuite, la fille était entrée dans leur manège, les interrompant. Une histoire que Saku n’avait pas réussi à élucider avait eu lieu entre eux. On avait cassé son mobilier, son cadre etc. ... Et lui, il avait ressentit quelque chose qui ressemblait à de la jalousie lorsqu’elle avait déposé un baisé sur le jeune lord, et voilà que maintenant, il se faisait presque du soucie pour lui. Et pour la fille aussi. D’où le fait qu’il aille à la fenêtre du salon, montant dessus, s’y assis en s’appuyant contre le rebord, laissant tomber une jambe dans le vide. Il regarda la jeune fille. Apparemment, elle ne savait pas où elle était, elle hésitait. Il dit d’une voix claire.

" Vous savez jeune fille. Il est tard, et vous ne vous trouvez sûrement pas dans le quartier le plus sûr pour une jeune demoiselle fatigué. Vous pouvez très bien revenir ici, reprendre quelque force et attendre que je vous accompagne non ? Ne voyez pas un geste de pitié, mais je connais cette rue si peu sûr. "

Mais, il doutait vraiment qu’elle revienne ici, il ne savait pas trop pourquoi, mais il en doutait fortement. C’est pour ça qu’il ajouta.

"Mais si vous souhaitez partir toute seule, continuez tout droit, vous arriverez sur une grande avenue. De là remontez là et vous tomberez en ville."

Il lui sourit, et attendit là, à sa fenêtre, un quelconque mouvement de la part de la jeune fille

_________________
Beaucoup de gens veulent vivre longtemps, peu pense à vivre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kinsale
Mortel
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 28
Lié à : Venise de Solignac
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Ven 25 Mai - 23:32

Et pendant ce temps, Edward, dont l'esprit s'égarait davantage au fil des secondes, divaguait. En proie à la drogue mêlée à son angoisse passée, à ses expériences de la journée, à ses doutes, ses peurs. Ses sentiments, ses émotions refoulés en somme. Ces deux éléments étaient comme l'alcool et les médicaments : ils appartenaient à la catégorie de ceux qu'il ne fallait pas mélanger. Mais les excès, il ne les connaissait que trop bien. Son corps était régulièrement agité de spasmes, de convulsions. Effet à court terme. Il tremblait. La sueur couvrait son front pâle. L'anglais respirait bruyamment, comme si il venait de courir un marathon. Sa poitrine se soulevait brusquement à chaque nouvelle inspiration. Il n'y avait pas de quoi s'inquiéter. Chaque personne ayant inhalé ce genre de substances se trouvait sujette à de pareilles manifestions physiques. Manifestation physique d'une douleur mentale sans doute. Il délirait. Dans sa tête passaient à une vitesse incroyable des images, des scènes réelles et fantasmées, à la manière d'un film en accéléré. Des spectres, notamment de femmes, au corps étiré, diaphane, se penchaient au dessus de lui. D'abord souriantes et avenantes, puis leur sourire se déformait en un rictus malsain et cruel. Elles éclataient d'un rire sourd. Et il courait, il courait à perdre haleine. Comme dans son cauchemar précédent. Il lui sembla qu'une des femmes ressemblait à Kim. Mais qu'en savait-il au juste ? Il croyait tout, et surtout n'importe quoi. Dans son état actuel, sa conscience s'échappait et il n'était pas en mesure de discerner le vrai du faux, le réel du songe, le vécu du rêve.

Coupé en partie du monde extérieur, des sons au dehors lui parvenaient vaguement, et l'influençaient sans doute. C'est la raison pour laquelle, il ne se rendit pas compte qu'elle était partie. Partie. Elle lui filait entre les doigts, sans qu'il puisse rien faire pour l'en empêcher. Et le pire c'était qu'il l'ignorait. Il entendit vraisemblablement un bruit sourd, qui résonna comme un coup de marteau contre son crâne et un mal de tête atroce le prit. Puis des paroles, enfin des sons s'y apparentant. Il ne les comprit pas, elles lui semblaient simplement d'une douceur infinie. Son rêve se calma un moment. Les spectres semblaient s'être évaporés, à la manière des vampires atteints par la lumière diurne. Il ne perçut pas le baiser de Sakuya. Ses sens, même si l'ouïe paraissait moins atteinte, restaient engourdis par la drogue.
Dans un film d'horreur, la musique se calme généralement brusquement avant d'éclater, atteignant son paroxysme et annonçant une scène apocalyptique. Edward se trouvait dans son film d'horreur, son chef d'oeuvre. Il en était le réalisateur, le scénariste, et accessoirement l'acteur principal. Et ce qui devait arriver, arriva. Son délire explosa, plus intense qu'auparavant. Les cris redoublèrent meurtrissant son crâne, martelant son esprit avec force et fracas. Le nombre de spectre avait doublé, triplé, il ne savait pas, ne savait plus. Fin. Il se réveilla en sursaut, respirant avec force, de manière saccadée, et son premier geste fut de desserrer son jabot et d'inspirer une grande bouffée d'air. Ses cheveux couvraient sa vue et collaient à son front humide. Il n'avait plus rien du prince, ni même de charmant.

Il se leva, chancelant, et manqua de trébucher. Tu es réduit à l'état de loque humaine Edward. Sa vision demeurait floue, même si sa netteté grandissait de seconde en seconde, juste le temps d'apercevoir une personne. Une personne ?! Sa mémoire embrumée se rappelait tout de même qu'avant son inhalation, deux personnes étaient présentes. La drogue avait tendance à le faire virer paranoïaque. Une seule conclusion s'imposait à lui : Il l'avait tuée. Cet homme avait tué la jeune fille, et il se satisfaisait de son crime, tranquillement assis à la fenêtre en souriant. La respiration d'Edward ne s'était pas calmée, ses pupilles noires en revanche se dilatèrent, ses mains tremblaient. Sans aucune trace d'agressivité, mais avec une peur qui rendait sa voix hésitante, il parvint à articuler :


" Tu l'as tuée ... Tu l'as tuée, c'est ça ? "

Mais sa mémoire défaillante lui revenait aussi, lentement mais sûrement. Des images, des bribes de souvenirs, de paroles échangées. Des regards lourds de sens. Un jeu qui avait dérivé en aventure sexuelle. Interrompue. Sa déduction était proprement absurde : comment quelqu'un avec qui il avait partagé d'agréables instants avait-il pu assassiner une jeune fille contre laquelle il n'avait aucun grief ? Il n'avait aucune rancoeur à son égard, alors pourquoi aurait-il commis l'irréparable ? Edward se souvenait même avoir éprouvé de la jalousie à son égard, parce qu'il s'intéressait d'un peu trop près à elle. Oui, c'était ça. Ou alors ... Non, non, ce souvenir n'était pas erroné, au contraire. Tu t'es royalement planté Edward. Les déductions, les observations, tout ça ... c'est uniquement valable lorsque tu es sobre. Mais sinon tu n'es bon qu'à déblatérer des inepties. Bien joué. Les yeux toujours écarquillés, il fixait un point, comme effrayé, il se dirigea vers la fenêtre, écarta d'un revers de bras Sakuya , sans aucune brusquerie. Tremblant toujours, il l'ouvrit, avec quelques difficultés. Elle devait être dans la rue. En contrebas, ne cherchant pas même à savoir si elle se trouvait en dessous, mais l'espérant intérieurement, il s'appuya contre le rebord de la fenêtre et s'écria alors aussi fort que sa voix grave, et éraillée pour l'occasion le lui permettait :

" Je t'aime Kim, je t'aime ! "

Il déraillait complètement. Parce que la vérité n'était pas là. Ses paroles n'étaient dotées d'aucune sincérité. Et c'était limite si il en avait conscience. Elles ne revêtaient pas non plus l'apparence du mensonge, parce que le mensonge est volontaire. Et ses mots ne l'étaient pas. Parce qu'il fallait bien qu'il trouve un moyen de la rappeler, peu importait le moyen. Qu'est ce que la drogue te fait faire mon pauvre Edward ... Tu te verrais ... Tu es pitoyable. Pathétique, autrement dit triste à en pleurer. Oui, c'est ça, triste à en pleurer.

_________________
[E]dward . K i n s a l e.
19.
I play, you obey.
H.edonist & P.ernicious.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kim Swan
Mortel
avatar

Nombre de messages : 252
Lié à : Eve-Eve et Eve-Yajuu
Date d'inscription : 28/01/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Dim 27 Mai - 17:12

[ j'vous laisse entre vous si vous voulez les cocottes, et pis faut que ça avance un peu hein ^^]

Elle avait à peine eut le temps de faire quelques pas hésitant, tournant un peu sur elle-même d’un côté et de l’autre, tentant de se repérer, de reconnaître quelque chose, que déjà Sakuya avait remarqué son manque d’assurance. Elle ne s’en rendit compte que parce que son regard tomba sur lui, et qu’elle vit ses lèvres remuer. Il se trouvait du mauvais côté pour que le son atteigne son tympan intact. Elle secoua la tête, tout en ne pouvant s’empêcher de penser que le jeune homme n’était pas à sa place là où il se trouvait, il était trop gentil pour ça. D’ailleurs elle ne pu s’empêcher de le remarquer à voix haute, alors que lui venait l’idée qu’il était peut être ce qu’il était par plaisir.

- Non, je vais m’y retrouver, mais merci, c’est vraiment gentil, d’ailleurs vous êtes trop gentil.

Et puis, comme si il avait prévu sa réponse, son refus de revenir, il lui avait indiqué le chemin, alors maintenant, elle pouvait partit sans crainte. Elle inclina légèrement la tête, et tourna le dos une nouvelle fois.
Et puis elle avait déjà bien avancé quand un cri, qui lui parvint faiblement, lui fit tourner à nouveau la tête. A sa grande surprise, l’anglais était en train d’hurler à son encontre. Il ne l’avait pas habituée à ça. Mais, elle avait décidé de partir alors…

Elle se contenta d’un haussement d’épaule, un sourire moqueur et un peu triste sur les lèvres, et tourna une nouvelle fois les talons. Cette fois ci, elle se dépêcha de s’éloigner ; Il ne fallait pas qu’elle craque avant d’être hors de vue, c’était hors de question hors de propos, et puis elle avait sa dignité, c’était même tout ce qu’il lui restait. Enfin, elle tourna un angle, le désespoir pointant le bout de son nez au fond de son ventre.
Comment, pourquoi donc cet animal se débrouillait il pour la blesser à chaque fois ?
D’un seul coup, elle s’appuya contre un mur, se sentant toute faible, et après avoir prit quelque inspirations, histoire d’endiguer la montée de l’émotion, elle s’aperçut qu’elle n’échapperait pas au carnage. Alors elle se laissa glisser par terre, le dos contre le mur, fourra sa tête au creux de ses deux bras, croisés sur ses genoux, et se laissa enfin aller, les sanglots secouant ses frêles épaules.

Il fallait bien que ça sorte un jour de toute manière, mais tant qu’à faire, autant que personne ne la voit. Quelle horrible circonstance avait donc pu faire qu’elle rencontre ce… Ce connard qui semblait avoir tout pour lui, et adorer faire souffrir les autres ? Kim se sentait plus seule qu’elle ne l’avait jamais été, et un manque, comme elle n’en avait encore jamais eut, se fit sentir au niveau de son cœur. Il lui manquait quelque chose…



à Fin de Partie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mortalis.frbb.net/portal.htm
Sakuya
Mortel
avatar

Nombre de messages : 284
Lié à : Natsumi Hinishi
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Lun 28 Mai - 15:24

Sakuya était toujours à se fenètre. Il regardait Edward en plein dans son trip. Il ne s’inquiéta pas de le voir dans cet état. De nombreuse personne auraient eu peur, auraient ciré, appelé les urgence et tout le bazard. Mais lui, il connaissait les ‘symptôme’ de la drogue. Il savait très bien que d’ici quelque temps, ça passerait, et qu’il redeviendrait normal. Il avait l’habitude d’être dans cet état.

Une vois attira sont attention. Kim lui répondait. Trop gentil lui ? Il rigola doucement. Non, il n’était pas trop gentil. A peine s’il était gentil d’ailleurs. Il se faisait payer pour coucher avec des gens, mais il aimait ça, alors il ne changerait pas.

Un autre éclat de vois attira son attention. Tiens, Ewan était levé. Il le regarda. Mauvais voyage. Mais, pourquoi lisait il de la peur dans ses yeux ? La réponse vint tout de suite après sa question muette. Meurtre ? Le jeune androgyne rigola et lui parla d’abord d’une voix teintée d’ironie, le sourire allant avec.


" Oui, je suis un tueur en série et je tue le jeune fille innocente. "

Il reprit d’une voix plus douce

" Elle a simplement décidé de partir. Elle est encore en bas si tu veux. "

Il douta qu’il l’ait écouté, puisqu’il se dirigea un peu trop rapidement pour son état vers la fenêtre. Il le poussa. Pour éviter de tomber, il descendit doucement de son rebord et le regarda.

Il reçu un coup au cœur lorsqu’il cria qu’il aimait Kim. Il voulait qu’elle revienne, il n’était donc rien en faite pour le jeune anglais, son centre d’intérêt avait migré vers la jeune fille. Il se recula légèrement avant de secouer la tête. Il fallait qu’il se reprenne. Premièrement, il était sous l’emprise de la drogue, enfin, la fin. Deuxièmement, qu’est ce que ça pouvait bien lui faire ? Il s’en fichait. C’était un amant comme il en avait tant eu, payé ou non. Il repris ses ésprit. Cette soirée était réellement la plus bizarre. Il alla dans la cuisine, ouvrit un placard et rempli un verre d’eau. Il se redirigea vers Ed et posa le verre sur la table. Ca pourra toujours servir s’il ne veut pas se résonner. Il pris doucement Edward et le retourna face à lui, avant de lui déposer un baiser sur les lèvres.


" Ca va ? Ou il faut que j’utilise un moyen plus radical ? "

_________________
Beaucoup de gens veulent vivre longtemps, peu pense à vivre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kinsale
Mortel
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 28
Lié à : Venise de Solignac
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Lun 28 Mai - 21:00

Tu es fou Edward. Fou à lier. Fou d'amour ? Fou de détresse ? Fou ... Fou tout court. Elle ne lui avait rien répondu, rien, pas même un "Va te faire voir connard". Rien. Le néant. Et c'était pire que tout. C'est fini Edward K. Tu es sorti de sa vie, elle ne daigne plus t'adresser la parole. Une des suppositions voudrait qu'elle ne l'ait pas entendu. C'était impossible : même si sa voix ne portait pas terriblement bien, il avait crié avec une telle vigueur que ses mots devaient lui être parvenus. Elle t'a très bien entendu. Mais elle t'a ignoré, voilà tout. Tu avais une place infime, insignifiante et proprement dérisoire, une petite place qui s'était nichée au coeur de la haine qu'un humain pouvait éprouver. Oh oui, dieu qu'elle devait te haïr. Tu n'es plus rien, tu n'es plus qu'une ombre, un voile qu'elle vient de déchirer brutalement. Des lambeaux, c'est l'état auquel tu es réduit à présent. Des lambeaux de toi-même, à cause de la drogue et à cause d'elle. Tu vois, tu as été bien bête : Elle aurait pu retenir ton nom, au moins ton nom. Même si on s'y efforce, on oublie difficilement le nom d'une personne. Encore plus difficilement lorsque cette personne vous a fait souffrir. Tu tenais ta chance Edward, ton unique chance. Mais tu l'as laissée filer. Comme toutes les autres. Et tout ça parce que tu lui as donné un faux nom. Jusqu'alors cette technique te paraissait formidable, irréprochable. Désormais, elle te semble dérisoire et passablement idiote. Celui dont elle se souviendra peut-être est Ewan. Mais tu ne t'appelles pas Ewan. Non, toi, tu es Edward, Edward Kinsale.

Mais sa douleur ne s'arrêtait pas là. Le fait de n'avoir pas marqué les esprits n'était pas le seul facteur de son désespoir. Non, cet aspect représentait uniquement ses relents d'égoïsme. Tu l'as faite souffrir. Et là n'était pas ton intention. Au départ, elle n'était qu'un jouet, qu'une roue dans ses engrenages. A la base, elle n'était rien. Et puis, il s'était intéressé à elle. Elle avait acquis un nouveau statut. Et maintenant ... Et maintenant, il ne savait même plus quelle place elle occupait pour lui. Trop complexe, trop difficile à analyser. Dès lors, jouer avec elle ne constituait plus son objectif. Mais à la manière du roi Midas qui transformait tout ce qu'il touchait en or, chaque geste d'Edward envers elle accentuait sa haine à son égard. Quoi qu'il fasse, il s'enfonçait. Quoi qu'il dise, ses mots causaient sa douleur. Et pourtant il avait continué. Dans l'espoir de se rattraper ? L'heure n'était plus aux analyses comportementales.

Et puis, dernier point, il était coincé. Il aurait pu la suivre. Certes, il n'en avait plus la force, il ne ferait sans doute pas 10 mètres et s'effondrerait sûrement dans le caniveau devant le pallier de Sakuya. Il serait pitoyable, et alors ? Non, le problème qui se posait n'était pas physique. Il n'y allait pas parce qu'il avait parfaitement conscience que ce geste assurait 'son salut'. En n'agissant pas, il ne pouvait causer de nouvelles souffrances. Du moins, c'était ce qu'il pensait. Enchaîné, tu es condamné à rester aux côtés de Sakuya. Il s'agit là d'une punition fort agréable. Sakuya. Lui. Il était le parfait contraire de Kim. Il ne semblait pas le détester viscéralement, malgré les reproches qu'Edward avait pu lui faire. Il ne l'avait jamais jugé, ne lui avait jamais adressé de sentences meurtrières. Il était le seul à qui il pouvait s'en remettre à présent. Ne me rejette pas, sinon je suis perdu. S'éveillait en lui, un sentiment dont il n'aurait jamais soupçonné la manifestation. Ce sentiment avait un nom : Solitude. Même lorsqu'il avait fui du Clan, la Solitude ne s'était jamais rappelée à lui. Ils ne lui manquaient pas, ces membres aux côtés desquels il avait pourtant passé la majeure partie de sa vie. Et elle, elle qu'il ne connaissait que depuis une journée à peine, était parvenue à réveiller cette émotion enfouie. Il ressentait une sorte de manque, indescriptible. Comble-le Sakuya. Elle, elle ne pourra sans doute jamais, puisqu'elle ne s'en remettra plus à moi.

Sakuya l'embrassa. Pourquoi ? Le sortir de sa transe ? Le réveiller de sa léthargie ? Il ne savait pas. Ce baiser sonnait comme une piqûre de rappel dans son esprit. Voilà Edward, constate tout ce que tu as perdu. Mesure l'étendue des dégâts. L'anglais se sentait prêt à lui céder. Par dépit ? Par envie ? Il l'ignorait. On est souvent plus faible lorsqu'on est abattu. L'androgyne se tenait devant lui. Le regard vide et abandonné, il fixa l'asiatique et posa son front pâle contre son épaule. Si il ne lui était pas resté un soupçon de dignité, il lui serait tombé dans les bras. Reste droit, Edward. On s'est tué à te l'enseigner. Mais cela devenait de plus en plus difficile et il manquait de s'écrouler à chaque instant. Les effets de la drogue s'évaporaient de seconde en seconde, le rappelant à la réalité. Il ne répondit pas. Qu'y avait-il à répondre ? Et puis il n'avait plus la force de répondre.
Qu'attends-tu Edward ? Qu'espères-tu ? Il croira sans doute que tu le considères comme 'le lot de consolation'. Ce n'était pas le cas. Loin de là. Edward appréciait réellement Sakuya. Il était son point d'ancrage, son pilier. Il avait été son amant d'un soir. Il s'en voulait de paraître si faible devant lui.
Ou bien cherches-tu du réconfort ? Et quelle consolation Sakuya pourrait-il t'apporter ? Que pourrait-il te dire ? "C'est rien, Edward, il y a plusieurs poissons dans l'océan !" ou encore "Tu as été bien c*n, mais maintenant ce qui est fait est fait !". Tu le sais, n'est-ce pas ? Alors pourquoi t'effondrer sur lui ? Il a sûrement d'autres chats à fouetter que ta petite personne en déprime post-départ. L'anglais ne possédait pas lui-même la réponse à cette question, et il n'était pas en mesure de réfléchir.

_________________
[E]dward . K i n s a l e.
19.
I play, you obey.
H.edonist & P.ernicious.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakuya
Mortel
avatar

Nombre de messages : 284
Lié à : Natsumi Hinishi
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Jeu 31 Mai - 8:53

Il observait Edward, de plus en plus tentait de lui renverser le verre d’eau sur la tête. Au moins, ça le réveillerait un peu, et le ferrait réagir. Mais bon, c’était un peu radical comme solution non ? Il le ferrait quand dernier recours. L’anglais semblait totalement perdu dans des limbes profondes. Il ne parlait pas, tenait à peine debout. Sakuya le regardait l’air amusé. Il était vraiment dans cet état lorsqu’il était chouté ? Les gens devaient en effet bien rigoler. Quoi qu’il se droguer rarement devant des gens. Sauf si il voulait le faire pour provoquer.

Edward le regarda dans les yeux. Son regard était empli de tellement de chose qu’il eu du mal à discerner se que ressentait le jeune homme. Non, en fait, son regard était totalement vide. Il appuya sa tête sur son épaule. Il sursauta légèrement, s’attendant à tout sauf à ça. Il ne devait pas avoir sentit son baiser, puisqu’il n’y avait pas répondu. Il le sentait sur le point de tomber sur le sol. Et s’y ça arrivait, il se ferais sûrement mal, et Saku devrait remplir tout un tas de paperasse expliquant l’accident.

Saku était de retour, repensant comme avant, sans faire de chichi manière. Il pris Edward comme il pu et la mit sur le canapé en l’allongeant sur le dos. Il eu un peu de mal, Sakuya n’étant pas connu pour sa force herculéenne, mais le jeune anglais n’était pas un poids lourd. Mais bouger un corps qui ne voulait pas bouger, c’était pas simple non plus. Une fois qu’il réussi à l’allongé il le regarda. Il était vraiment beau. Même les effets de la drogue n’entachaient pas son charme.

Mais Saku ne savait que penser. Edward c’était d’abord intéressé à lui, puis l’avait totalement délaissait pour Kim, et maintenant qu’elle n’était plus là, il se re-intéressé à lui. Bizarre non ? Mais Sakuya s’en fichait un peu en faite. Enfin, pas totalement, mais il m’était cette pensée de côtés, parce que c’était beaucoup trop bizarre pour lui.

Edward, toujours allongé, ne semblait pas vouloir se calmer. Saku eu un sourire légèrement sadique et amusé. Il se tourna pour prendre le verre d’eau qui était sur la table et lui versa sur la tête. Oh, il ne l’avait pas rempli complètement, mais assez pour qu’il soit mouillé et que ça lui remette les idées en place. Il attendit qu’il reprenne ses esprits en lui disant d’une voix douce.


" Ewan ! Il est l’heure de se lever. Debout beau prince endormi. On se réveille. "

Il avait son sourire sur les lèvres, sourire amusé car voir ainsi le jeune homme était fort amusant.

_________________
Beaucoup de gens veulent vivre longtemps, peu pense à vivre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kinsale
Mortel
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 28
Lié à : Venise de Solignac
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Lun 4 Juin - 20:10

Sakuya sursauta, et cela conforta Edward dans l'idée qu'il avait affaire à un personnage bien particulier et donc captivant. En effet ce dernier ne montrait aucun signe de faiblesse sous ses caresses et ses baisers, auxquels pourtant succombaient souvent ses prétendantes. Peut-être n'y était-il que trop habitué en raison du métier qu'il exerçait. Peut-être était-ce parce qu'il était un homme mais Edward estimait que cette hypothèse était discutable. Il n'avait réagi qu'à une marque de vulnérabilité de sa part. Cela t'étonne t-il, Sakuya, de me voir si faible ? Profite, cela n'arrivera pas tous les jours. Du moins, il l'espérait. L'homme par définition était faible, Edward le savait. Mais il pensait avoir refoulé cet état au plus profond de son âme. Il avait suffi d'un geste pour qu'il resurgisse soudainement. Oui, l'homme était décidément une créature faible. Trop faible.
Le jeune homme se sentit alors transporté. Il ne se débattit pas, se laissant faire. Edward, c'était un peu le prototype du 'Je ne refuse jamais rien', mais pas du 'Je ne sais pas dire non'. Il acceptait toutes propositions, du moment qu'elles lui étaient favorables ou allaient dans son intérêt. Les autres critères n'étaient que fioritures, et il ne s'en préoccupait donc pas outre mesure. Son hôte le déposa sur le canapé. Il avait retrouvé quasiment l'intégralité de sa lucidité et son absence de réaction ne tenait donc pas de la substance inhalée. Les yeux mi-clos, la lumière, même faible, lui semblait éblouissante. Il aurait sans doute mieux fait de les ouvrir plus tôt. De cette façon, il aurait pu éviter le verre d'eau que venait de lui lancer Sakuya. Le contact frais de l'eau lui fit reprendre totalement pied dans la réalité : Il fait nuit, heure avancée, tu n'es pas chez toi Edward K. et on veut te sortir de ta semi-léthargie. Bienvenue dans ta vie.

Beau ? Oui, certains lui trouvaient du charme. Il avait un visage presque enfantin, après tout il venait seulement d'entrer dans sa 19ème année, et pourtant en dépit de la malice dont il faisait constamment preuve, il y subsistait tout de même parfois un air grave. Il était l'heure de se lever. Il était d'accord. Il vivait la nuit, alors debout Edward. Nul besoin de perdre du temps. Il se redressa, se plaça face à son lui, lui prit le visage entre ses mains avant de coller sa joue droite mouillée contre la gauche de Sakuya, tout en lui murmurant à l'oreille :


" Merci de m'avoir fait exister. "

A comprendre comme il le voudrait, comme il lui plairait de le percevoir. Edward savait ce qu'il avait voulu lui dire en lui adressant ces mots qui ne faisaient pas seulement référence au verre d'eau. L'explicite, il ne connaissait pas. A Sakuya d'en découvrir toute la portée.
Et maintenant ? Il se faisait l'effet de l'homme qui doit éviter le cholestérol et à qui l'on présente une tarte aux fraises : une partie de son cerveau lui interdit d'y toucher, mais sa bouche vient de mordre dedans pour la troisième fois. Et Edward se trouvait précisément dans cette situation. Son Esprit lui ordonnait de rester, parce que Sakuya était le seul sur lequel il pouvait compter, parce qu'il ne saurait que faire une fois dehors, parce qu'il avait une peur horrible, quasiment phobique, celle de l'ennui. Il n'avait qu'une envie : celle de rester à ses côtés. Mais son Corps contrait cette volonté, en présentant comme argument sa non gêne : il s'était invité chez lui sans vergogne, avait profité des services de son hôte, ramené une inconnue chez lui qui avait dévasté son intérieur. Alors oui, le Corps avançait qu'il était temps d'arrêter l'hémorragie. Edward avait un jour entendu un dicton qui disait "Le Corps et l'Esprit sont étroitement liés." et les dictons, c'était comme la morale et autres inepties, il s'en moquait royalement. Néanmoins, celui-ci n'était pas totalement faux. Il assista à la victoire du Corps sur l'Esprit. A vrai dire, cela n'était guère étonnant : Bien qu'il ait retrouvé son intégrité mentale, le Corps avait l'avantage. Et il l'emporta. Le jeune Kinsale se dirigea donc vers la porte, lorsque, comble de la surprise, l'Esprit dans un sursaut d'orgueil le fit revenir sur ses pas, embrasser Sakuya passionnément sans un mot, puis s'en retourner vers son but premier. Il trembla lorsqu'il saisit la poignée, il fallait croire que le Corps et l'Esprit se livraient un duel acharné dont le Corps sortit une fois de plus vainqueur : il la saisit brusquement et elle tourna sourdement. Comme d'habitude : Le Corps gagne bien plus fréquemment : Il préférait en effet l'existence liée aux plaisirs charnels qu'à celle qui consistait à vivre selon des préceptes spirituels. Il sortit et resta planté sur le pallier. Pour un peu, il se serait adossé contre la porte.

Prise de conscience irrémédiable. Que viens-tu de faire ? Les rouages des l'Esprit fonctionnaient et à nouveau et se remirent derechef en marche. Kim et Sakuya. Comme l'un comme pour l'autre, il n'aurait su apposer un mot sur ses sentiments à leur égard. Cela en était fortement exaspérant. En ce monde, chaque chose avait un nom, les choses concrètes comme les choses abstraites. Un chat s'appelait un chat, la haine s'appelait la haine. Mais il semblait à l'anglais que les mots du répertoire ne comprenaient pas de terme qui auraient pu définir son ressentiment. La langue était bien pauvre. Il se serait sans doute senti rassuré que cette émotion ait un nom. Un nom, chose encore bien dérisoire de son point de vue, et qui pour la deuxième fois de la soirée revêtait une importance toute particulière. Il se serait cru dans une autre dimension où toutes ses règles étaient abolies. Les principes sont bien faits pour tomber un jour, non ? Et même si ce jour n'était pas prêt d'arriver pour le jeune homme, il se rapprochait peu à peu.

_________________
[E]dward . K i n s a l e.
19.
I play, you obey.
H.edonist & P.ernicious.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakuya
Mortel
avatar

Nombre de messages : 284
Lié à : Natsumi Hinishi
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Mar 5 Juin - 16:47

Sakuya regardait toujours Edward. Edward . . . Qui était il au final ? Un homme à femme ? Peut être . . . Ou un homme à homme aussi, peut être même les deux. En tout cas, c’était un homme qui se drogue, et un homme qui se drogue à une bonne raison de le faire. Le jeune androgyne le faisait parce que c’était le seul moyen qu’il avait trouvé pour s’échapper de la réalité et retrouver Mélodie. Quand il prenait sa drogue, il la voyait et il pouvait parler avec elle. Oh, il savait parfaitement que c’était un pur fruit de son imagination, mais ça ne le dérangeait pas. Il la voyait, c’était largement suffisent. Mais pour l’anglait faisait il ça ? Il semblait avoir tout pour lui. Il était beau, donc son lit ne devait pas souvent être vide, il ne semblait pas mourir de faim . . . bref pourquoi ? Mais Saku mieux que beaucoup de monde savait qu’il ne fallait pas juger sur la simple apparence. Après tout, le monde considère les prostitués comme de vulgaire catins qui se vendent, comme juste de la viande bonne à ‘baiser’. Et pourtant, certaines personnes ne sont pas comme ça. Enfin, n’était . . .

Après lui avoir jeté le verre d’eau dessus le prostitué regarda son invité. Il avait l’air si vulnérable allongé ainsi. Ses cheveux étaient mouillés, logique. Il poussa délicatement une mèche d’où l’eau parlait doucement en fines gouttes. Le jeune homme ouvrit les yeux et se releva pour le regarder. Il le vit lever les mains et prendre son visage en coupe. Qu’allait il faire ? Sakuya ne bougea pas d’un poil. Il s’approcha doucement de lui et colla sa joue encore fraîche et mouillée sur le sienne. Il lui murmura à l’oreille, comme il c’était déjà murmuré plus d’une fois des choses.

L’avoir fait exister ? Dans quel sens ? On lui avait déjà dit ça. Quelqu’un qui disait n’avoir eu aucune relation, qui disait que ce n’était pas possible qu’il soit désiré. Il lui avait dit être venu pour savoir se que ça faisait, même s’il savait que Sakuya ne le désirerait pas vraiment, qu’il était payé pour. Au final, Sakuya ne lui avait pas fait payer, et il y avait mis tellement de cœur que l’homme était repartit en le remerciant de l’avoir fait exister, de lui avoir permis d’avoir plus confiance en lui. C’était parfois ça son métier, aidé les gens à avoir confiance en eux, en leurs prouvant qu’ils peuvent être désirable. Mais là, il doutait fortement que ça soit pour cette raison. Il ne devait pas être un homme qui avait besoin de ça pour savoir qu’il existe. Alors pourquoi ? Pour l’avoir fait sortir de sa léthargie ? Peut être. Il ne savait pas, et ne pouvait pas savoir de toute façons. Il alla lui demander les raisons de se remerciement quand il se leva. . .

Il se leva et se dirigea vers la porte sans un mot. Il partait ? Tout le monde avait décidé de fuir son appartement ? Maintenant qu’il avait bien mit le bazar ils fuyaient. Génial. Mais pourquoi ? Ewan stoppa devant la porte. Il semblait hésiter. Saku s’avança un peu. Le jeune anglais se retourna alors vivement et captura ses lèvres dans un baiser passionné. L’androgyne se laissa faire et y répondit, posant ses mains sur son corps pour le rapprocher de lui. Puis il se détacha. Et se redirigea vers la porte. Alors il était décidé à partir ? Il stoppa encore. Aurait il droit à un autre baiser ? Non, il ouvrit violement la porte, qui émit au passage un crie de protestation, et il sortit en la refermant tout aussi violement. Il était partit. Le laissant seul dans son appartement à moitié ravagé. Il tendit l’oreille. Il ne l’avait pas entendu descendre. Les marches étaient en bois, elles grinçaient donc à chaque pas. Pourquoi restait il devant sa porte ? Sakuya hésita à ouvrir la porte pour l’embrasser et lui demandait de rester. Mais il n’était pas comme ça. De plus, il avait encore et toujours son précieux chapeau, une raison pour qu’il revienne encore. Peut être seul cette fois là. Il alla près de la porte et si adossa en s’allumant une cigarette.


" J’ai était ravi de te revoir mon très cher Ewan . . . Tu pars un peu précipitamment non ? Ma compagnie ne ta pas plus ? "

Dans sa voix, on pouvait entendre de l’ironie. Vu le plaisir qu’il avait eu lorsqu’ils ‘jouaient’, il ne devait pas lui avoir déplu.

" Mais, tu as encore oublié ton chapeau. Tu sais ou j’habite maintenant non ? Ma porte est toujours ouverte. . . . "

Il le dit en souriant, même si il ne pouvait le voir, il souriait. Peut être deviendrait il son amant ? Un amant fort intéressant. Il tira une bouffée de cigarette avant de continuer.

" Au plaisir de te revoir rapidement beau prince . . .. " Invitation pas cachée pour un sou. Il se décolla de la porte et alla dans la salle de bains se changer. Si Edward restait devant la porte encore 5 minutes, ils se reverraient car Sakuya partirait travailler. Il avait plein de chose et tête, et quel meilleur moyen d’oublier que de se donner à corps dans son travail. Même si Saku le vendait son corps. Avant d’entrer dans la salle d’eau il cria pour qu’il l’entende.

" De rien. . . "

Et entra.

_________________
Beaucoup de gens veulent vivre longtemps, peu pense à vivre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edward Kinsale
Mortel
avatar

Nombre de messages : 228
Age : 28
Lié à : Venise de Solignac
Date d'inscription : 19/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Jeu 7 Juin - 13:50

Campé comme, il fallait bien l'avouer, un crétin sur le pallier, Edward attendait. Attendait quoi, lui même n'aurait su le dire, et même si il avait désiré partir, ses pieds semblaient avoir la ferme intention de rester plantés au sol. Son attente ne s'avéra pas vaine puisque Sakuya lui adressa la parole. Ed ne se retourna pas, le simple fait se sentir sa présence de l'autre côté de la porte le satisfaisait. Alors, il le savait toujours là, pas étonnant d'ailleurs, il aurait du s'en douter. En revanche, la possibilité qu'il prenne en compte cet élément était plus incertaine. A ses mots, un frêle sourire se dessina sur le visage de l'anglais. Il avait été tout aussi ravi de le revoir, pour la première, mais sans doute pas la dernière fois. S'était établi entre eux ce climat de jeu totalement exacerbé, totalement fou. La machine Edward K. s'emballait, pour une raison bien simple : Avec la masse informe des autres, qu'il appelait souvent 'les novices', il était le seul à jouer. Cela était certes fort divertissant, mais il atteignait rapidement un plafond d'intensité avec eux. Mais Sakuya n'appartenait pas à la classe des novices et cela faisait toute la différence. Au contraire, avec lui, il se trouvait face à un autre joueur, un 'professionnel'. Comme dans une partie d'échec. Il était autrement plus intéressant de jouer contre Kasparov que contre le président du comité d'échecs de St Foliac sur Mer. Oh bien sûr, cela comprenait plus de risques, la menace de la défaite planait à chaque instant, mais cela lui procurait une montée d'un sentiment qu'il n'aurait su, une nouvelle fois, définir parfaitement. Pour établir la comparaison, c'était un peu comme ces sauteurs en parachutes qui éprouvent un besoin d'adrénaline maladif.
Il ne répondit pas, la réponse était évidente et il ne la jugeait donc pas nécessaire. L'implicite possédait l'avantage non négligeable sur l'explicite de faire travailler l'imagination des gens. L'explicite était d'un ennui ... Aucun mystère, aucun doute, rien, tout était dit. Tandis qu'avec l'implicite, on n'était jamais certain de rien. L'anglais aimait en jouer avec ceux qu'il côtoyait, mais il détestait plus que tout que l'on en use trop avec lui, comme la jeune fille l'avait fait pendant cette soirée, en persistant à refuser de lui dire ce qu'il "n'avait pas compris". On ne se refaisait pas, surtout pas lorsqu'on s'appelait Edward Kinsale.

Ah tiens, le chapeau, il lui était presque sorti de l'esprit. Raison de plus pour revenir. Et d'ailleurs, même sans cet élément, il aurait refait un tour, voire plusieurs, par la case 'Sakuya'. Ce chapeau était décidément bien utile. Il lui servait de prétexte parfait. Néanmoins, il lui semblait que ni l'un, ni l'autre, n'étaient dupes quant à son utilité véritable discutable. Mais cela l'amusait. Il avait su trouver son chemin une fois dans cette ville pour aller le rejoindre, il saurait bien le faire à nouveau, surtout que malgré ses innombrables défauts, Edward possédait une qualité qu'il fallait bien lui reconnaître : son excellente mémoire. Parfois, il aurait aimé qu'elle soit sélective, manque de chance, il absorbait absolument tout ce qui pouvait se dérouler autour de lui, les détails comme les éléments cruciaux.

Sa voix sembla s'éloigner et Edward en déduisit qu'il devait avoir changé de pièce. Et lui, qu'allait-il faire ? Décider de rentrer à nouveau, ou choisir de s'en aller ? Il exclut rapidement la première hypothèse qui le décrédibiliserait atrocement. C'était une notion bien dérisoire, certes, mais le jeune homme possédait trop d'orgueil pour la négliger. Alors il décida de s'en aller. En descendant les escaliers, il se dit qu'il s'agissait là de la meilleure alternative. Cela lui permettrait sans doute d'établir une coupure nette avec cette soirée hautement intéressante, mais aussi excessivement étrange. ll aurait tout le temps d'y réfléchir à l'avenir. Si il revenait immédiatement après, même en étant en compagnie de Sakuya, le spectre de la jeune fille habiterait sans doute toujours les lieux, et pour l'instant, il désirait qu'elle lui sorte de l'esprit au risque de douter à nouveau. Trop de doute tue le doute, alors il préférait partir. Mais il reviendrait à coup sûr. Ce n'est que partie remise Sakuya et tu le sais aussi bien que moi. Les grands esprits finissent toujours par se retrouver n'est-ce pas ?

_________________
[E]dward . K i n s a l e.
19.
I play, you obey.
H.edonist & P.ernicious.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sakuya
Mortel
avatar

Nombre de messages : 284
Lié à : Natsumi Hinishi
Date d'inscription : 17/02/2007

MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   Lun 18 Juin - 13:34

Il finit de se préparer rapidement en faisant le compte rendu de cette soirée.
Un amant qui avait failli en être un mais qui au final n’en avait pas était un.
Une fille plus maigre qu’un clou, qui allait mal parce qu’elle semblait ne pas manger assez avait ravagé son appartement, frappé son invité premier, et qui au final était repartit sans reprendre des forces.
Une gardienne qui n’avait pas pointé le bout de son aille. Mais bon, ça, ce n’était pas trop dramatique non plus.
Et son vrai faux amant qui était repartit sans rien dire après avoir sniffé sa coke.
La soirée avait été peu commode au final. Peu importe, Saku n’aimait pas ce qui rentrait dans l’ordinaire, c’était ennuyeux, et il n’aimait pas s’ennuyer.

Il n’entendit pas Edward lui répondre, mais il l’entendit descendre les vieux escaliers en bois. Il était partit. Mais peu importait vraiment. Il savait qu’il allait le revoir. Si ce n’était pas dehors, ça serait chez lui, donc il ne s’inquiétait pas outre mesure. Il alla à la fenêtre et le regarda partir le sourire aux lèvres. Amusant, vraiment très amusant.

Il quitta la rue. Et voila, suite au prochain numéro. Que vont devenir c’est deux personnes qui se sont amusé ensemble ? Où va aller leur relation ? Personne ne le sait, alors rendez vous tous pour la prochaine rencontre . . .

Il ouvrit sa porte après avoir fermé la fenêtre. Descendit tranquillement les escaliers, ouvrit la porte en bas, sortit et alla travailler se soir, comme tout les autres soirs.


[fin sujet]

_________________
Beaucoup de gens veulent vivre longtemps, peu pense à vivre vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maison de Sakuya Vol.2.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maison de Sakuya Vol.2.
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Guide d'achat Maison Martell
» Appartement, maison à louer ou vendre §
» De la maison neutre
» Maison dans le jeu de cartes
» La nouvelle maison: "Next Generation"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
° Les Gardiens ° :: ° Les Gardiens : Le Jeu ° :: Le Quartier Résidentiel-
Sauter vers: