AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jamais tranquil

Aller en bas 
AuteurMessage
Andrew W
Invité



MessageSujet: Jamais tranquil   Dim 18 Mar - 15:42

Drew était fatiguée de l'agitation, il avait besoin de calme, de repos, de ce ressourcée dans un endroit paisible entouré de nature et surtout de silence.
Il est là assis sur un banc, des oiseaux autour de lui, posés sur son épaule, piaillent doucement comme pour lui murmurer un secret. Soudain, un bruit violent, assourdissant.
Quelques petites mobilettes viennent de s'arrêter à quelque centimètres du jeune garçon. Les oiseaux s’envolent effrayés.

Des voyoux armés de pieds en tête en descendes tranquillement, visiblement saouls, ils ont des battes de base-ball à la main et semblent chercher des crosses au premier venu. Leurs regards se posent sur Drew qui leur semble un jeune homme sans défense, une proie, une victime sur qui ils vont pouvoir se défouler, s’acharner, assouvir leur moindre plaisir


voyoux 1 : Oh le beau jeune homme
Il se posta juste devant le banc ou Drew s'était installé ses acollytes restant un peut en retrait et sur les coté.

voyoux 2 : Dis t’es sûr que c’est un mec ?
Son curdent entre les lèvre il regardait Drew de haut

voyoux 3 : Je connais un bon moyen de le savoir !!
Celui là avait sur une de ses main un poing américain argenté et le sourir plutot malsaint aux lèvres

voyoux 4 : *rie* je crois savoir ce que t’as en tête !!
Lui n'avait pas un meilleur visage

voyoux 5 : Je me le ferai bien !!
Il s'approcha un peut et passa devant le premier pour se poster juste devant Drew qui n'avait pas bougé et qui restait tranquilement sur le banc tête basse.
voyoux 5 : Et toi, déshabille toi et plus vite que ça !!

Drew ne réagit pas, il fini par se lever pret à partir, ces hommes font trop de bruit pour lui.

voyoux 3 : Où tu crois aller comme ça ?
rattrapant Drew en l’accrochant par le poignet
voyoux 3 : Oh, mon gars on t’as posé une question et on t’as donné un ordre !! déshabille toi et plus vite que ça !! Et t’as intérêt à bien faire ce qu’on te dis si tu veux pas que j’abîme ton joli minois

Sur ces mots l'un des autres plus proche sorti un couteau, Drew esquissa un léger sourir en coin pret à recevoir le premier qui l'approcherait de trop pret
Revenir en haut Aller en bas
Aoden Wr
Invité



MessageSujet: Re: Jamais tranquil   Dim 18 Mar - 23:21

Cela faisait quelques jours que l'individu portant le nom d'Aoden Wraith était décédé. Quelques jours qu'il avait été percuté par un camion en voulant rejoindre celle avec laquelle il formait une cellule presque gémellaire. La seule qu'il ait jamais aimée. Ailean. Il était mort sur le coup et n'avait donc pas pu observer sa réaction. Elle l'avait vu, c'était évident. S'était-elle précipitée sur lui, enlaçant son corps inerte de ses bras blancs ? Avait-elle versé ses larmes, penchée au dessus de son cadavre sans vie ? Il aurait souhaité la voir, une dernière fois, lui dire adieu. Et s'en aller. Paisiblement. Mon dieu, cela faisait affreusement cliché. Il secoua la tête. Deux personnes avaient réellement compté, mais différemment, dans sa vie. Ailean, donc, et Ailbert son frère. Son triste sort l'avait-il affecté ? Avait-il été aterré suite à la nouvelle de la mort d'Aed ? Peut-être avait-il fait valoir ses remarquables talents de comédien, en feignant l'indifférence, prétextant l'affliction, alors qu'intérieurement, il jubilait. Plus personne pour se mettre en travers de son chemin. Aoden n'était qu'un cheveu dans sa soupe, une page cornée de son livre. Mais désormais, le destin l'avait évincé. Plus personne pour critiquer ces faits et gestes. Plus personne pour lui caler des bâtons dans les roues. Des éloges, des éloges. Il ne recevrait plus que des éloges. Et d'un autre côté, peut-être qu'Ailbert regrettait sa perte. Il aurait été éxagéré de dire 'pleurer sa perte'. Ailbert ne pleurait pas, ne dévoilait jamais son ressentiment. Sans Aed, les flatteries lui paraîtraient peut-être insipides ... Ne dit-on pas que "Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. " ? Qu'en était-il de ses parents ? Cette pensée ne préocuppait pas trop Aed. Mais Ailbert et Ailean. Il avait l'impression d'avoir abandonné cette dernière. Elle n'avait que lui. Et lui n'avait qu'elle. Mais le problème ne se posait plus dans son cas. Il était mort. Afin d'éviter de culpabiliser, il se dit qu'avec sa mort, plus rien ne la retenait. Elle pouvait partir sans crainte. Et il aurait fait le bonheur du père d'Ailean. Au moins cela. En réalité, cela ne chassait que temporairement sa peine. Cette peine, ces regrets qui le submergeaient. Il n'était plus que l'ombre de lui-même. Qu'est ce qui lui avait pris de courir dans une rue bondée ?! Mais il en avait toujours été ainsi. Aed avait toujours agi par instinct. Et cela avait causé sa perte.
Et puis, il y avait eu cette 'seconde chance'. 'Conneries' avait d'abord pensé Aed. Un soit disant Dieu qui lui donnait la soit disant opportunité de devenir un soit disant gardien. Il n'en était plus à ça près. Il était devenu Aed, gardien. Etrangement, les autres protecteurs l'affublaient tout le temps de ce diminutif. Aedh, le feu. Effectivement, c'était bien plus explicite que Aoden. Ce surnom, symbole de sa non-vie, de sa déchéance. Qui disait gardien, disait aussi protégé. Et si il devait veiller sur Ailean ? Non, impossible, cela voudrait dire qu'elle était morte. Il ne pouvait se résoudre à penser qu'elle avait commis pareille faute. Si elle ne vivait plus pour elle, au moins vivait-elle pour lui. A ce qu'il avait compris, il ressentirait une sorte de picotement à l'approche de son protégé. A ce qu'il avait compris seulement ... Ayant tout d'abord cru à une mauvaise blague, il n'avait pas prêté grande attention aux instructions qu'on lui avait donné. Et désormais, il s'en mordait les doigts.

C'est donc la tête remplie de ces tristes pensées qu'Aed arpentait la ville. Il était parvenu dans une sorte de parc, un 'jardin municipal'. Un groupe d'enfants jouaient ... au base ball. Un des gamins envoya la balle un peu trop fort, un peu trop loin. Et Aoden la rattrapa. Son passé le rejoignait, rouvrant la plaie encore béante. Une main dans la poche de son baggy, de l'autre il lançait et rattrapait la balle. Le base-ball, une de ses passions lorsqu'il était encore vivant. Mais tout cela n'était plus. Il était devenu une loque sans vie. Et si il "vivait" désormais c'était pour protéger la vie d'un autre. Ironie du sort ... C'est alors qu'il parcourait les alentours de ses yeux clairs, qu'il ressentit ce picotement caractéristique. Plus il s'approchait du jeune homme assis sur le banc, plus cette légère douleur s'intensifiait. Aucun doute, c'était lui. Il sourit légèrement : Un garçon ? Il aurait préféré une fille ... Et puis, à la réflexion, non. Elle lui aurait immanquablement rappelé Ailean. Et son absence. Andy ? Andrew, oui, il devait se nommer ainsi. Du moins, c'était ce qu'Aed croyait se rappeler des instructions. Apparemment ledit jeune homme se faisait malmener par une bande de voyous. Une bande. Encore un signe. Lui aussi avait une bande. Les inséparables. C'était le surnom qu'on leur avait attribué. Jusqu'à l'arrivée d'Ailean. Elle avait inconsciemment mis une distance entre eux et il s'étaient peu à peu éloignés. Eux que tout unissait. Eux qui connaissaient tout des uns et des autres. Son cocon protecteur au sein duquel il se sentait intouchable, comme dans les bras d'Ailean. Intouchable ? L'avenir lui avait pourtant démontré le contraire. Le poids de leur absence se ferait sans doute ressentir rapidement. Et puis si ses souvenirs n'étaient pas erronés, les initiales de ce jeune homme étaient A.W. Comme lui. Comme toutes les personnes qui avaient compté, en bien ou en mal, dans sa vie. Encore un signe ? Ou alors il virait totalement parano, ou alors ce n'était pas le hasard. Pourtant Aoden n'y avait jamais cru. Le hasard, quelle notion abstraite. Et lui, il lui fallait du concret. Le reste, c'était du vent, des clous. Des faits, non des mots.

Il s'adossa donc à un arbre, jouant toujours avec sa balle. Que pouvait-il faire d'autre ? Pour les humains qui n'avaient pas besoin de gardien, il était invisible, un simple fantôme. Il ne serait donc d'aucune utilité. Et puis, il ne se faisait pas trop de souci pour Andrew. Apparemment, il semblait savoir se défendre. Et bien de surcroit. Aed était en face d'un ennemi redoutable : son impuissance.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew W
Invité



MessageSujet: Re: Jamais tranquil   Lun 19 Mar - 17:34

(attention avec la balle, je veux bien que mes voyoux sont saoul mais une balle qui rebondit seul dans les aires ca marque tout de même)


Andrew avait juré d'arrêter de se battre... Depuis cette bagare avec des hommes de la pègre où il a vu un de ses amis, qui avait tenté d'intervenir, mourir sous ses yeux. D'ailleurs depuis ce jour il évitait aussi de s'attacher aux gens et se rendait le plus désagréable possible pour éviter qu' l'on ne s'attache à lui.
Franchement qu'est ce que ces 5 paumés espéraient, qu'il allait docilement obéir a leurs "ordres" sous prétexte qu'ils avaient l'avantage du nombre et qu'ils étaient armé de surcroi.
Drew ne supportait pas les larves dans leur genre et il n'allait pas s'en cacher.
Mais se qu'il n'avait pas du tout digéré, c'était qu'on essaye de lui donner des ordres.
Pas que Drew avait des souci avec l'autoritée, il pouvait respecter un ordre si celui-ci était bien donné et par une personne respectable.
Il évalua rapidement la carrure de chacun et les armes les plus proches de lui avant d'agir.


Tant pis pour les vieilles promesses, il falait bien qu'il se défende.
Rapidement, tout en profitant du manque de réflèx que provoquait l'alcoole sur ces 5 abrutis, il se défit du troisième pour atraper sa tête et la cogner violament contre le mur, celui qui se trouvait en face de lui n'eut même pas le temps de réaliser se qui était arrivé qu'il se retrouva avec un joli cou de pieds dans l'estomac avant que sa tête ne rencontre le genou de Drew pour finir sur le sol.

Celui qui se trouvait derière Drew par contre n'avait rien raté de la scène, même si son cerveau avait un peut de mal à tout reconstituer, son réflex ne se fit pas attendre et il planta son opinelle dans le flan de Drew avant que ce dernier ne l'envoi balader d'un cou de coude dans la machoire.
Si il, y'avait bien une chose qu'il ne falait pas faire lors d'une bagare avec Andrew, c'était le blessé, car une bête blessée est bien plus dangereuse.
D'ailleurs les deux derniers avaient bien compris à son regard en le voyant porter sa main sur sa plaie qu'il valait mieux ne pas insister avant de s'enfuire à toute jambe l'un d'entre eux laissant même la batte de base ball sur le chemin pour ne pas s'encombrer.
Ils grimpèrent tout les deux sur la même mobilette avant de mettre les gaz et se tailler vite fait.

Drew donna un dernier chot dans le seul qui bougeait encore au sol avant de s'adosser au mur pour reprendre son calme le poing serré en pressant sa blessure de l'autre main.
Revenir en haut Aller en bas
Aoden Wr
Invité



MessageSujet: Re: Jamais tranquil   Lun 19 Mar - 18:45

[Désolée j'étais partie du principe qu'Aed était assez éloigné et qu'ils prêtaient trop attention à Drew pour se soucier de la présence d'une balle volante XD]

Toujours appuyé contre son arbre, Aoden envoyait toujours la balle à une faible hauteur. Mais il s'arrêta soudainement, la laissant tomber au sol. Son protégé se battait. Il l'aurait imaginé, il n'était tout de même pas stupide à ce point. Et apparemment, il s'en sortait rudement bien. Jusqu'à un certain point seulement. Le seul élément qu'Aed n'avait pas pris en compte n'était pas des moindres : le surnombre des voyous. Pourtant, au départ, tout se déroulait "à merveille", si on pouvait employer cette appelation. Andrew se débrouillait excessivement bien et envoyait les garçons au tapis les uns après les autres. L'irlandais n'avait pas une vue aussi perçante que celle d'un aigle, et il n'avait donc pas remarqué que l'un des leurs était en possession d'un couteau. Ce dernier transperça le flanc du jeune homme. Aed n'était pas une petite nature, mais il ne put s'empêcher de frissoner, serra le poing et ses grands yeux verts s'écarquillèrent, les pupilles comme dilatées. Sans réfléchir, il courut vers son protégé alors que les quelques clampins qui s'en étaient pris à lui s'éloignaient à présent.
Il est des moments où tester la résistance de votre livre de maths contre votre tête un nombre incalcuable de fois vous paraît l'idée la plus sensée de votre existence. Aoden se trouvait précisément vivre un de ces instants. Il venait à peine d'endosser ses fonctions de gardien qu'il échouait déjà. Pitoyablement. Bien sûr, la mort ne tendait pas encore les bras à Drew. Mais cela aurait pu être pire, bien pire. Et même si il était parfaitement conscient de son impuissance, le simple fait d'être resté là sans rien faire minait Aed. De nouveaux remords. Il ne fallait pas qu'il se laisse démonter. Ne pas laisser les regrets le ronger. Pas maintenant. Avancer et ne plus se poser de questions. Ou alors le moins possible. Si il y avait bien quelque chose qu'il avait retenu parmi tous les renseignements qu'on lui avait donné sur son nouveau poste, c'était que si son protégé venait à mourir, ce décès signerait aussi sa propre perte. Non, il ne devait pas mourir une seconde fois. Parce qu'il se doutait qu'il n'aurait pas de troisième chance. Dieu était peut-être un dieu de bonté, mais il ne fallait sans doute pas abuser de sa gentillesse.

Il ramassa au passage une batte, une de celles qui trainaient au sol et que les voyous avaient abandonnées dans leur fuite précipitée. Le visage déformé par la douleur, il masquait sa blessure de sa main. Il avait sûrement d'autres chats à fouetter que de se soucier de sa présence. Peut-être ne l'avait-il pas vu. En se traîtant intérieurement de tous les noms, Aed se décida à engager le contact. Il le fallait bien, à un moment ou à un autre. Et puis la situation était passablement critique. Agir, agir, agir. Durant son existence humaine, le jeune homme avait été confronté à pas mal de problèmes, plus ou moins graves. Mais jamais à ce genre de situations, à son plus grand malheur. Il n'était pas médecin, ses parents non plus, son frère encore moins. On lui aurait demandé de réciter un texte de loi, il aurait pu fouiller dans sa mémoire et éventuellement retrouver des extraits qu'il se souvenait avoir entendus. Ailbert suivait en effet des cours dans une prestigieuse école de droit. Mais cela ne lui était strictement d'aucune utilté actuellement. Il aurait voulu se prendre la tête entre les mains et se poser quelques instants pour cogiter, même si cela n'était pas dans ses habitudes. Mais il n'en avait pas le temps. Il lui fallait agir et vite. Alors, comme d'ordinaire, il ne réfléchit pas une seconde, arracha un pan de sa manche et en fit un espèce de garot autour du torse du jeune homme. Il ne savait pas si ce geste lui serait d'une grande utlité, mais avec un peu de chance, cela stopperait temporairement l'afflux de sang.
Pas de fioritures, sans même prendre le temps de se présenter ou de lui expliquer pour quelle raison il arborait une belle paire d'ailes cendrées, il lui tendit la main en signe d'aide avant de s'adresser à lui :


" Après cette superbe baston, je t'aurai volontiers proposé une partie de base-ball. Mais c'est pas vraiment le moment. Appuie-toi sur moi, on s'arrache. "

Il avait tenté de masquer la panique qui aurait pu transparaître dans sa voix. Tenter. Et il espérait que cela avait relativement fonctionné. Le contraste était saisissant. Alors qu'Aed n'avait ni la carrure, ni la taille du dur-à-cuire, il ne se trouvait pas en position de faiblesse. La situation aurait pu être risible si Drew n'avait pas été blessé. Cela lui rappelait une fable d'un auteur français, dont il ne se rappelait pas le nom, qu'il lui était arrivé de lire et qui mettait en scène un lion et un rat. Au bout du compte, c'était le rat, insignifiante petite chose qui avait secouru le noble lion. Voilà ce qu'il en avait retenu.
N'importe qui aurait pu prendre peur en voyant le monstre ailé qu'il était devenu. Mais il doutait fortement de susciter un sentiment de frayeur chez Andrew. Il venait de se battre contre une bande armée, alors un nabot aux ailes grises ne lui ferait sans doute ni chaud, ni froid. Il en avait vu d'autres.
Qu'espérait-il en lui disant de partir ? Il ne connaissait pas la ville et ignorait donc où se situait l'hôpital le plus proche. Tant pis, il se débrouillerait. Il était plus ou moins responsable du pétrin dans lequel son protégé se trouvait actuellement, alors il tenterait de l'en sortir d'une façon ou d'un autre. Impuissant. Aoden sentait que ce mot deviendrait celui qui qualifierait sa nouvelle fonction, sa déchéance.
Revenir en haut Aller en bas
Andrew W
Invité



MessageSujet: Re: Jamais tranquil   Lun 26 Mar - 12:02

[J'ai honte de faire des postes aussi riquiqui par rapport à toi >.<]


Andrew n'avait pas remarqué tout de suite le jeune homme. Effectivement il était trop pris par l'action bien que ce ne soit que des minables.
Il ne fit pas un geste à l'approche de celui-ci et ne releva la tete qu'une fois le bandage de fortune installé autour de sa blessure.
Tu parles d'une super baston, il en avait vu d'autres et des bien mieux que celle-là dans son passé. Ce genre de rigolos il pouvait en manger des tas au petit dej' ou en amuse gueule histoire de s'échauffer pour la suite. Suite qui d'ailleurs devraient etre bien plus appréciable que l'entrée mais manque de pot ce n'était pas le cas aujourd'hui.
Mais ce qui le choquait le plus, mis à part que c'était des nuls, c'était cette blessure. Punaise ça faisait un bail que ça ne lui était pas arrivé, et malgré ses airs de durs il venait d'en prendre un coup. Surtout que c'était une loque, un punk alcoolo..non mais franchement comment cela avait-il pu arriver !? Il ne comprenait toujours pas...

Mais bon ce n'était pas le moment de réfléchir à tout cela, surtout que la raison lui conseillait de partir et ainsi éviter des représailles. Et oui...il risquaient d'appeler des pots ces crétins et il ne pourrait rien faire s'ils étaient trop nombreux. On pourrait meme comparer ces garsà des cafards..vous en écrasez un..vous en avez toute une panoplie qui se ramène et vous êtes rapidement submergé sans avoir eu le temps de faire quoique ce soit.
Bref tout sur la poire et KO au sol...Voilà pourquoi il s'en va avec le parfait inconnu. Ah mais c'est vrai ça, il n'avait même pas pris le temps de considérer cette personne plus que ça.
Meme pas de questions..rien! que dalle! Alors qu'il pourrait tout de même lui demander pourquoi il l'aide. Mais non, rien du tout!

Bref les voilà parti et Drew marchait le plus droit possible en évitant de montrer quoique ce soit. Sa douleur par exemple, mais il faut dire que c'était bien une chose qu'il faisait le mieux. Cacher ses sentiments, sa douleur..bref un vrai mur. Malgré le fait qu'il semblait "invincible" sur ce coup-là un énorme problème faisait son entrée.
Et oui il n'avait aucun lieu possible car son locataire venait de le virer pour les trois mois de loyer qu'il n'avait pas reglé et pour combler le tout il n'avait plus d'emploi depuis peu, donc l'argent il fallait oublier, donc pas de lieu, pas de bouffe mais surtout pas de soin. En meme temps ne pas aller à l'hosto ne gênait pas plus que ça le jeune homme vu qu'il ne le supporte pas de près ou de loin. Sa seule échappatoire était de compter sur le gamin à ses côtés, peut etre qu'il avait une idée, un lieu ou autre..En espérant que ce n'était pas une erreur vu qu'il ne le connaissait ni d'Adam ni d'Eve.
Revenir en haut Aller en bas
Aoden Wr
Invité



MessageSujet: Re: Jamais tranquil   Jeu 5 Avr - 11:45

[Je passe direct au sujet à l'Hôpital, si ça te dérange pas ^^
Direction l'Hôpital.]
Revenir en haut Aller en bas
Andrew W
Invité



MessageSujet: Re: Jamais tranquil   Jeu 5 Avr - 13:26

[mince pardon j'avais pas vu ton poste à l'hosto >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jamais tranquil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jamais tranquil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Adieu Levan III du nom,on ne vous oublira jamais....
» Mon lapin ne dort jamais :)
» [TV] Ce soir ou jamais : Enseigner l'histoire
» Il parle presque jamais ?
» Certaines personnes ne changerons jamais | ft.Gabriel McAllister

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
° Les Gardiens ° :: ° Les Gardiens : Le Jeu ° :: La Mairie et le Jardin Municipal-
Sauter vers: